03/05/2018

Leadership: Exercer le pouvoir efficacement

Occuper une position supérieure implique toujours que l’on dispose d’un certain pouvoir. L’intronisation en tant que cadre ne se déroule pas aussi pompeusement qu’au moyen âge. Aujourd’hui, on convoque en effet les collaborateurs pour leur annoncer de voix d’abord, par affichage ensuite, de la nomination d’un nouveau supérieur hiérarchique.

De: Matthias K. Hettl  ImprimerPartager Commenter 

Matthias K. Hettl

Après avoir terminé ses études en Sciences économiques de gestion et en Economie politique ainsi que sa préparation au doctorat, Matthias K. Hettl occupa tout d’abord le poste d’assistant de direction pour exercer ensuite des responsabilités de direction et des responsabilités budgétaires dans diverses positions de management. Il exerce la fonction de directeur de l’entreprise Management Institut Hettl Consult à Rohr près de Nuremberg depuis 1995. Il est plus particulièrement actif dans le rôle de coach, entraîneur et conseiller en management pour les comités de direction, les directions d’entreprise et les cadres dirigeants. Ses principaux centres d’intérêt englobent les thèmes de Leadership skills et de compétences managériales. Ses activités de membre de conseil de surveillance, de direction d’une entreprise de taille moyenne et de consultant auprès des Nations Unies à New York lui confèrent une grande expérience. De plus, il a occupé plusieurs années durant une chaire de management et marketing. Il est connu comme auteur d’ouvrages spécialisés et livres audio ainsi que pour avoir publié de nombreux articles techniques. En collaboration avec son team, il conseille les CEOs, les membres de conseils d’administration, les directions et le service de gestion des ressources humaines des petites et moyennes entreprises ainsi que des groupes dans le cadre national et international. Remarqué comme «excellent speaker» et «excellent trainer», il fait partie des conférenciers d’envergure dans les pays germanophones et collabore avec les organisateurs des séminaires et congrès les plus prisés en Europe. A ce jour, il a enthousiasmé ses 25 000 auditeurs par une indiscutable compétence, un style d’exposé direct et très motivant aux conseils pratiques utilisables tels quels. Ses conférences obtiennent régulièrement la note d’excellence.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 

Ce faisant, le sceptre du pouvoir est transmis au nouveau cadre, dont la carte de visite comportera une mention ad hoc. Le titre de chef de département ou de directeur indique un certain pouvoir, une certaine influence, qui sont attribués au détenteur du poste concerné. La taille du bureau, la marque et la cylindrée de la voiture d’entreprise, le nombre de secrétaires ou encore la possibilité de décider du budget traduisent le pouvoir formel d’un cadre. Même la couleur de l’encre utilisée pour signer des documents peut être l’expression d’un pouvoir formel. C’est ainsi que les ministres utilisent de l’encre verte, les secrétaires d’Etat de l’encre rouge, les chefs de département de l’encre bleue, etc.

Il arrive aussi souvent dans les entreprises que les cadres rechignent à parler de pouvoir. Cela étant, l’influence et l’utilisation du pouvoir sont des instruments importants pour mettre en œuvre certaines décisions. Exercer le pouvoir signifie pour vous en tant que cadre influer sur les autres afin qu’ils œuvrent dans la direction que vous souhaitez, et ce, même sans leur consentement.

Cette description du pouvoir correspond à la définition classique donnée par le sociologue Max Weber: «Le pouvoir signifie la possibilité d’imposer sa volonté même face à des résistances». Exercer le pouvoir en tant que cadre signifie produire un effet spécifique. Il s’agit pour vous d’utiliser votre pouvoir à bon escient.

La chance d’avoir une influence Durable

Si vous utilisez avec sagesse le pouvoir qui vous est conféré, vous pourrez avoir une influence durable. Le pouvoir n’est ni bon ni mauvais en soi. Cela dépend toujours de la manière dont il est utilisé. C’est votre environnement qui va juger la manière dont vous exercer votre pouvoir.

Il est toutefois important, si vous voulez être efficace en tant que cadre, que vous soyez bien conscient que le pouvoir est un facteur clé de la gestion des collaborateurs et qu’il fait partie intégrante du management. Ce n’est que si vous êtes disposé à exercer votre pouvoir que vous pouvez demander à vos collaborateurs d’atteindre les objectifs définis par votre entreprise. Une gestion efficace requiert une approche positive et constructive du pouvoir confié.

Influence et exercice du pouvoir sont deux notions que vous devez bien distinguer. Influencer signifie que les autres vous suivent de plein gré lorsque vous les sollicitez. Si en revanche vous exercez votre pouvoir, cela peut également aller à l’encontre des intérêts d’autres personnes. Exercer son pouvoir peut par exemple être tout à fait justifié dans des situations où il faut prendre des décisions.

En tant que cadre, vous assumez la responsabilité de votre domaine d’influence et devez également prendre des décisions. Idéalement, vous partagez au préalable avec vos collaborateurs l’exercice formel de votre pouvoir. Vous parvenez ainsi à le faire accepter. L’exercice du pouvoir qui va à l’encontre des intérêts d’autres personnes signifie souvent que ces dernières seront peu disposées à transmettre les informations plus loin.

Les concernés deviennent des participants

L’efficacité de la collaboration au sein de l’équipe en souffrira, car celle-ci exige une communication ouverte et un échange réciproque. Le principe de développement de l’organisation selon lequel il faut faire des personnes concernées des personnes qui participent est bien connu.

Ce principe peut tout à fait s’appliquer dans le sens d’une influence positive ou d’une participation. Car celui qui participe en tant que collaborateur est également disposé à transmettre son savoir et donc à contribuer à la recherche de solutions.

Bien que de nombreuses approches en matière de gestion et de management recommandent de privilégier l’influence plutôt que le pouvoir, cela ne se constate pas toujours vraiment dans la pratique au sein des entreprises. On observe différents phénomènes de pouvoir lorsqu’il y a des changements dans l’entreprise, et ce, en particulier dans des situations où la survie de l’organisation est sur la sellette ou que cela semble à tout le moins être le cas.

Changements et pouvoir

Le management d’une entreprise présente le changement comme quelque chose d’inévitable. On le justifie souvent par le fait que les objectifs définis doivent impérativement être atteints. Cette manière de procéder est tout à fait efficace du point de vue du pouvoir. Peu importe en effet que les changements soient pris avec indifférence ou que l’on tienne compte de leur caractère rationnel. De même, les tentatives de convaincre en utilisant des arguments rationnels échouent également. Les cadres s’efforcent de convaincre leurs collaborateurs, mais n’y parviennent pas vraiment.

Les processus de changement se déroulent souvent de manière peu satisfaisante parce que les personnes concernées ne sont pas adéquatement informées et qu’elles ne participent pas au processus de décision. La participation au processus décision et la possibilité d’avoir une influence sont toutefois cruciales pour que les collaborateurs aient une attitude positive à l’égard du changement. Le cadre que vous êtes devrait donc garantir cette participation. Un principe doit toutefois être respecté dans ce contexte. C’est vous qui définissez la voie et la direction. Vous devez pour ainsi dire exercer votre compétence en matière de directives et prendre une décision. Si vous tardez à le faire, vos collaborateurs finiront pas considérer que vous faites appel à votre pouvoir. L’art de la gestion est donc d’exercer une influence – dans le sens de la participation des collaborateurs – aussi longtemps que l’on n’a pas besoin de faire intervenir le pouvoir.

Un pouvoir mal utilisé

Utiliser le pouvoir de manière inapproprié sur le long terme ne peut que déboucher sur un désastre. Le professeur Zimbardo l’a bien montré en 1971 avec sa fameuse expérience de Standford. Celle-ci a montré comment des personnes pouvaient être conduites à faire des choses qu’elles n’auraient jamais été en mesure de faire dans des circonstances normales.

Cette expérience s’est terminée de manière désastreuse et dut être interrompue prématurément. En quelques jours, des personnes mentalement saines ont découragé et maltraité d’autres personnes dont ils étaient censés être les gardiens. Une issue rendue possible par le fait qu’un tel comportement était prévisible compte tenu des conditions d’exercice du pouvoir.

Zimbardo conclut que des personnes qui parviennent à une position de pouvoir se retrouvent dans une nouvelle situation. Et qu’elles ne sont plus celles qu’elles étaient auparavant. Zimbardo poursuit que chaque individu peut être bon ou mauvais.

Nous devons ce dicton à Lord Acton: «Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.»

L’abus de pouvoir dans les entreprises

Cela signifie que des positions de pouvoir ont également tendance à entraîner des abus, les personnes concernées finissant par être démotivées, voire plus. Cela étant, l’abus de pouvoir a également des conséquences négatives pour ceux qui l’exercent. Leur personnalité en souffre, tout comme leur acceptation sociale et le respect personnel. Un pouvoir dont on abuse durablement fi nit par disparaître. Le pouvoir peut également corrompre au sein de l’entreprise, détruire des carrières et empêcher sérieusement son succès.

Le pouvoir est donc d’abord associé à l’égoïsme et à l’abus. Si l’on considère la notion de pouvoir sans connotation négative, alors elle exprime la capacité d’inciter d’autres personnes à adopter un comportement qu’elles n’auraient pas adopté spontanément. On peut dire de manière tout à fait neutre que le pouvoir est nécessaire pour influencer au sens propre le comportement d’un tiers. Vouloir imposer quelque chose par le pouvoir est un phénomène que l’on constate tous les jours dans l’entreprise.

Ce processus d’influence sur la base du pouvoir ne doit toutefois pas être négatif. Sans une certaine volonté d’acquérir du pouvoir, difficile d’atteindre une position de cadre. Car la compétence ne suffit pas à elle seule. Elle doit également être perçue par les autres.

Utilisation du pouvoir et abus de pouvoir

Le cadre que vous êtes a besoin de pouvoir pour atteindre vos objectifs. Pour être accepté, il faut que vous imposiez votre point de vue également lorsqu’il y a des résistances, et que vous preniez les décisions qui s’imposent. Si tel n’est pas le cas, vous ne réussirez pas à mettre en œuvre de nouvelles idées de produits ou à mener à bien des réformes structurelles.

Vous devez donc, en tant que cadre, être disposé à utiliser le pouvoir qui vous a été confi é, sinon vous perdrez l’acceptation et le respect de vos collaborateurs ainsi que, in fi ne, votre position de pouvoir.

La limite entre l’exercice adéquat du pouvoir et l’abus de ce dernier est en fait très floue. La transparence et l’ouverture, le feedback régulier à tous les niveaux, voilà des mesures de protection importantes, qui aident à ne pas dépasser cette limite entre un exercice sain du pouvoir et son abus. Il est important que la direction de l’entreprise le fasse dans le cadre de sa responsabilité globale et que le pouvoir est également nécessaire dans un processus top-down.

Le pouvoir dans la gestion des collaborateurs est votre capacité à les mener à faire des choses qu’ils ne feraient pas d’eux-mêmes (Cf. Hettl 2014).

Vous pouvez y parvenir aussi bien en les menaçant de conséquences fâcheuses qu’en faisant miroiter certains avantages. Vous pouvez montrer votre pouvoir non seulement via une communication ouverte, mais également par des non-dits, qui seront interprétés par vos collaborateurs selon leur imagination, leurs craintes et leurs espoirs. Vous utiliserez beaucoup plus souvent cette manière d’exercer le pouvoir qu’en décrivant les conséquences ou en faisant des promesses. Dans sa forme la plus efficace, la dimension de pouvoir n’est pratiquement plus perçue par les collaborateurs (Cf. Kotter 1985).

Ceux-ci vous font confiance, vous suivent de plein gré et vous soutiennent, parce que vous jouissez d’un grand prestige, parce qu’ils peuvent compter sur votre soutien le cas échéant et parce qu’ils veulent garantir votre bienveillance.

Gérer, influencer et exercer un pouvoir sont étroitement liés. L’influence seule ne suffit pas, vous devez également utiliser votre pouvoir pour réussir sur la durée.

Recommandation séminaire

Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

Management Sandwich – Diriger dans une position intermédiaire

Savoir se positionner efficacement entre sa hiérarchie et son équipe

Prochaine date: 19. février 2019

plus d'infos

Recommandations produits

  • Personnalité!

    Personnalité!

    Plus de souveraineté, étape après étape

    CHF 98.00

  • WEKA Modèles de contrats en ligne

    WEKA Modèles de contrats en ligne

    Gagnez en assurance avec des modèles adaptés à vos besoins.

    Plus d’infos

  • Communication efficace pour dirigeants performants Smart Book

    Communication efficace pour dirigeants performants Smart Book

    Gérer la communication et les entretiens de manière ciblée et convaincante

    Plus d’infos

Recommandations de séminaire

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

    Conduite de collaborateurs

    Développez vos compétences managériales et maîtrisez les outils de management indispensables

    Prochaine date: 19. mars 2019

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

    Développer son leadership

    Manager, utilisez votre compétence organisationnelle

    Prochaine date: 21. novembre 2018

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

    Pratique de la résilience pour cadres dirigeants

    Renforcez votre propre résistance

    Prochaine date: 30. octobre 2018

    plus d'infos

Nous utilisons des cookies pour améliorer continuellement notre site web. En utilisant ce site web, vous acceptez l’utilisation de cookies. Plus d’infos