13/10/2020

Normes de comptabilité: Normes obligatoires et reconnues en Suisse

Il n’existe en Suisse qu’une seule normes de comptabilité pour les comptes annuels qui est juridiquement contraignante pour toutes les entités juridiques. En outre, le Conseil fédéral publie une ordonnance sur les normes comptables reconnues.

De: Marcel Hofer  ImprimerPartager 

Marcel Hofer

expert fiduciaire dipl., MAS FH en conseil fiduciaire et d’entreprise, Director Accounting- & Investment Reporting, KENDRIS SA Zurich/Aarau. Il est au bénéfice d’une expérience dans le conseil et dans le soutien comptable. Il a été membre d’un réseau mondial d’Accounting Compliance de l’une des Big4.

Normes comptables

Normes de comptabilité obligatoire

En Suisse, il n’existe qu’une seule norme comptable pour les comptes annuels, celle-ci étant juridiquement contraignante pour toutes les personnes morales resp. elle doit être respectée au moins pour les comptes annuels statutaires. En outre, le Conseil fédéral suisse publie une ordonnance sur les normes comptables reconnues.

La norme comptable obligatoire en Suisse est régie par le 32e titre «Comptabilité commerciale» et par les articles 957 et suivants du Code des obligations (CO).

Le «nouveau» droit comptable, appelé ainsi depuis son approbation par le Parlement le 23 décembre 2011, est entré en vigueur le 1er janvier 2013. Il a été appliqué pour la première fois à l’exercice financier commençant en 2015 (2016 pour les états financiers consolidés). Il comprend, sur 14 pages, les dispositions générales, les comptes annuels, la comptabilité des grandes entreprises, les états financiers selon les normes comptables reconnues et les états financiers consolidés.

Les états financiers doivent présenter la situation économique de l’entreprise de manière à ce que des tiers puissent s’en faire un jugement fiable. Les comptes sont présentés dans le rapport annuel. Celui-ci contient les comptes annuels (comptes individuels) qui se composent du bilan, du compte de résultat et de l’annexe (art. 958 al. 1 et 2 CO).

La présentation de la situation économique - en particulier la situation financière - est en contradiction avec la pratique suisse typique de constitution de réserves latentes et avec le principe de prudence qui découlent des principes d’imparité et d’évaluation.

Le principe d’imparité signifie que les pertes latentes doivent être prises en compte alors que les bénéfices latents ne peuvent pas l’être. Les principes d’évaluation poursuivent principalement des approches de protection des créanciers, pas la présentation de la situation économique. Par exemple, les actifs ne peuvent pas être évalués à un niveau supérieur à leur coût d’acquisition ou de production. Seuls les actifs cotés en Bourse ou les autres valeurs de marché observables sur un marché actif peuvent être évalués au cours correspondant à la date du bilan (à condition que tous les actifs dans la position correspondante soient évalués au cours du marché à la date du bilan et que l’attention soit attirée sur ce point dans les notes). Des amortissements excessifs peuvent être enregistrés et les amortissements qui ne sont plus nécessaires ne doivent pas être annulés.

Comptabilité pour les grandes entreprises

Selon la norme comptable, les grandes entreprises qui sont légalement tenues de procéder à un audit ordinaire doivent publier des informations supplémentaires dans l’annexe aux comptes annuels, inclure un tableau de flux de liquidités en tant que partie supplémentaire aux comptes annuels et préparer un rapport de gestion.

Les sociétés dont les actions sont cotées en Bourse et les sociétés dont les obligations sont en circulation ou qui contribuent à hauteur d’au moins 20% des actions ou du chiffre d’affaires au sein d’un groupe ainsi que les sociétés qui dépassent pendant deux années consécutives deux critères de taille (total du bilan de 20 millions de CHF/chiffre d’affaires de 40 millions de CHF/250 employés à plein temps en moyenne sur l’année) sont légalement tenues de se soumettre à un audit ordinaire.

Informations complémentaires

Conformément à l’art. 961a CO, les grandes entreprises doivent déclarer les engagements à long terme productifs d’intérêts selon leur échéance au cours de l’année qui suit la date de clôture du bilan, dans un délai d’un à cinq ans et après cinq ans, ainsi que tous les honoraires des réviseurs ventilés en prestations de révision et autres prestations.

Tableau de flux de liquidités

Le tableau de flux de liquidités montre les variations des liquidités resp. de la trésorerie nette qui comprend également les dettes à court terme envers les banques. La déclaration peut être présentée selon la méthode directe ou indirecte et elle est divisée en trois parties selon que les activités relèvent d’opérations d’exploitation, d’investissement et de financement.

Rapport de gestion

Conformément à l’art. 961c CO, le rapport de gestion présente la marche des affaires et la situation économique en fin d’exercice qui ne sont pas reprises dans les comptes annuels. Par ailleurs, tous les détails sont comparés aux chiffres correspondants de l’année précédente. Outre le nombre moyen annuel de salariés à temps plein, ce qui constitue une information plutôt historique, le rapport de gestion fournit des informations sur les perspectives d’avenir de l’entreprise. Ainsi, des explications supplémentaires sont données sur une évaluation des risques et la situation des commandes, les activités de recherche et de développement, les événements extraordinaires et les perspectives d’avenir. Le rapport de gestion ne peut s’écarter de la présentation de la situation économique dans les états financiers annuels.

Ceci est un article gratuit. Vous souhaitez en découvrir plus? Commandez la Newsletter Finance et Comptabilité et profitez de précieuses informations pratiques 10 fois par an.

Simplification résultant d’états financiers consolidés conformément à une normes de comptabilité reconnue

L’art. 961d CO permet de renoncer aux informations complémentaires figurant dans l’annexe aux comptes annuels, dans le tableau de flux de liquidités et dans le rapport de gestion si la société elle-même ou une entité juridique qui la contrôle directement ou indirectement (par exemple la société mère ou la holding du groupe) dresse des comptes consolidés conformément à une norme comptable reconnue. Conformément au CO, ce fait doit être signalé dans les comptes individuels au sein de l’annexe aux comptes annuels.

États financiers conformes à une normes de comptabilité reconnue

Seules les sociétés dont les actions sont cotées en Bourse et si la Bourse l’exige ou si des actionnaires représentant au moins 20% du capital social le demandent doivent préparer des états financiers consolidés selon une norme reconnue.

L’obligation de publication pour les entreprises individuelles tombe si, au sein du groupe, la comptabilité du groupe est tenue selon des normes reconnues.

Dans le cas de comptes annuels établis selon une norme comptable reconnue, cette norme doit être mentionnée en conséquence dans les comptes individuels conformément au CO, la norme doit être appliquée dans son intégralité, elle doit être vérifiée par un expert dans le cadre d’un contrôle ordinaire et les résultats doivent être présentés à l’assemblée générale des actionnaires en même temps que les comptes annuels.

Normes reconnues à des fins comptables

Les normes comptables reconnues sont édictées par le Conseil fédéral et comprennent les normes suivantes:

  • Les «International Financial Reporting Standards» (IFRS) de l’International Accounting Standard Board (IASB)
  • Les «International Financial Reporting Standard for Small and Medium-sized Entities» (IFRS pour les PME) de l’IASB
  • Les «Recommandations pratiques comptables» (Swiss GAAP RPC) de la Fondation de recommandation des pratiques comptables
  • Les «United States Generally Accepted Accounting Principles» (US GAAP) du Financial Accounting Standard Board

Selon les normes comptables américaines, une entité ne peut se conformer à son obligation de préparer des états financiers ou des états financiers consolidés conformément à une norme comptable reconnue que si ceux-ci ont déjà été préparés conformément à cette norme à la date d’entrée en vigueur du présent règlement (1er janvier 2013).

États financiers consolidés

Une personne morale qui contrôle directement ou indirectement une ou plusieurs entreprises est tenue d’établir des états financiers consolidés (états financiers de groupe).

Une libération de l’obligation d’établir des états financiers consolidés existe si l’entité juridique ainsi que ces sociétés remplissent deux des critères de taille (total des actifs de 20 millions de CHF/chiffre d’affaires de 40 millions de CHF/250 postes à plein temps en moyenne annuelle) au cours de deux exercices consécutifs ou est contrôlée par une société dont les comptes consolidés sont établis conformément à la réglementation suisse ou étrangère équivalente et ont été dûment audités; ou ont transféré l’obligation d’établir des comptes consolidés à une société contrôlée (art. 963a CO).

Ainsi, la société contrôlée qui établit des états financiers consolidés n’est pas tenue de les préparer conformément à une norme comptable reconnue. La norme doit seulement être équivalente à la réglementation suisse. Cela doit être mentionné en conséquence dans les notes aux états financiers de la clôture individuelle.

Néanmoins, les états financiers consolidés doivent être établis conformément aux normes comptables reconnues si les actions d’une société sont cotées en Bourse et que la Bourse l’exige.

Principe de détermination

Pour calculer les impôts sur le bénéfice et sur le capital en Suisse, les autorités fiscales se basent généralement sur les comptes annuels conformément au droit commercial suisse (CO). En raison d’objectifs différents, les règles maximales d’évaluation selon le CO et les règles minimales d’évaluation selon le droit fiscal suisse - des corrections correspondantes peuvent être effectuées (= établissement de ce que l’on appelle un bilan fiscal). De telles déviations peuvent se produire si des écritures/évaluations autorisées par le droit commercial sont effectuées en violation des principes d’imposition selon la performance économique (par exemple, des amortissements excessifs).

L’essentiel en bref

Le CO n’est pas le seul, même si c’est le principal, à imposer l’obligation de tenir des livres et des comptes conformément aux dispositions des articles 957 et suivants CO. Les autorités fiscales exigent également un état financier annuel selon les mêmes dispositions.

Il est possible de renoncer à des indications supplémentaires, au tableau de flux de liquidités et au rapport de gestion si les états financiers consolidés sont préparés au sein du groupe conformément à des normes comptables reconnues.

Il est possible de renoncer à l’établissement de comptes consolidés si ceux-ci sont établis au sein du groupe selon une norme équivalente à la norme suisse.

Le respect du droit commercial est une condition préalable à l’acceptation fiscale. Si la comptabilité est tenue conformément à une norme comptable autre que le CO, un rapprochement entre la norme comptable appliquée et la norme conforme au CO doit être établi et des comptes annuels correspondants dressés. Ce sera le cas en toutes circonstances - même si la comptabilité est tenue selon une norme reconnue en Suisse.

Recommandation séminaire

Workshop pratique, 1 jour, Hôtel Alpha Palmiers, Lausanne

Workshop Clôture des comptes annuels

Arrêter et clôturer efficacement les comptes d’une entreprise

Prochaine date: 23. mars 2021

plus d'infos

Recommandations produits

  • Newsletter TVA & FISCA

    Newsletter TVA & FISCA

    Connaissances pratiques, actuelles et approfondies sur la TVA et la fiscalité

    CHF 98.00

  • Comptabilité et finance d‘entreprise

    Comptabilité et finance d‘entreprise

    Tendances et nouveautés dans le domaine de la comptabilité et de la finance.

    Plus d’infos

  • ManagementPratique

    ManagementPratique

    Plus de 300 aides de travail testées dans la pratique.

    Plus d’infos

Recommandations de séminaire

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha Palmiers, Lausanne

    Maîtriser la comptabilité financière – Confirmés

    Comprendre, évaluer et comptabiliser correctement les cas épineux

    Prochaine date: 10. novembre 2020

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha Palmiers, Lausanne

    Analyse du bilan, du compte de résultat et tableau de financement

    Examinez vos états financiers en profondeur afin de prendre les bonnes décisions!

    Prochaine date: 10. novembre 2020

    plus d'infos

  • Journée, 1 jour, Hôtel Alpha Palmiers, Lausanne

    Journée WEKA Finance et fiscalité 2020

    Nouveautés, évolutions et problèmes pratiques du monde de la finance et de la fiscalité

    Prochaine date: 03. décembre 2020

    plus d'infos

Nous utilisons des cookies pour améliorer continuellement notre site web. En utilisant ce site web, vous acceptez l’utilisation de cookies. Plus d’infos