26/06/2017

Réussite professionnelle: La peur, son plus grand ennemi

La peur se manifeste sous différentes formes. Elle peut être un avertisseur amical qui nous protège. Elle peut nous tirer temporairement de notre réserve et nous conduire à des performances élevées. Mais elle paralyse aussi et détruit. La peur continuelle met le corps dans un état d’alerte permanent, elle atténue ses performances et ruine notre santé. Un malaise persistant altère aussi la capacité du cerveau à donner le meilleur de lui-même.

De: Anne M. Schüller   Imprimer Partager   Commenter  

Anne M. Schüller

Anne M. Schüller est penseur en management, conférencière, auteure d’une dizaine de livres, auteure à succès et coach d’affaires. Gestionnaire d’entreprises diplômée, elle est considérée en Europe comme l’experte leader en marketing de fidélisation et en management orienté vers les clients. Elle fait partie des orateurs les plus prisés dans l’espace germanophone et enseigne en tant qu’invitée dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur. En 2008 lui fut remis le prix de la revue de l’économie suisse pour son livre «Kundennähe in der Chefetage». Son ouvrage actuel «Touchpoints» a été primé livre de l’année des PME et a reçu le prix du livre sur le coaching 2012 en Allemagne. Elle rédige des chroniques régulières et des articles pour la presse économique et la presse spécialisée. Lorsqu’est abordé le thème du client, elle figure au rang des experts les plus cités. L’élite économique allemande, suisse et autrichienne fait partie du cercle de ses clients privilégiés.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Réussite professionnelle

Réussite professionnelle

Lorsque nous avons peur, l’amygdale entre en action. Elle inspecte tout ce qui nous influence, extrêmement attentive aux facteurs émotionnels dominants, aux situations menaçantes et aux risques potentiels. Elle enregistre chaque mouvement et perçoit le moindre de nos frémissements même imperceptibles. Elle nous invite instinctivement à suivre le regard des autres. Elle recherche les gestes amicaux et les silhouettes douteuses. Et elle nous rassure quand tout est en ordre. 

L’amygdale: notre radar sensoriel du risque

L’amygdale perçoit l’apparition des dangers et trouve elle-même instantanément la réaction adaptée: fuite panique, attaque proportionnée ou peur bleue, sans que le siège de la pensée ait à intervenir. Elle fait tout ceci sans que nous ayons à intervenir à l’aide des hormones du stress. Et, en cas de doute, elle se décide pour un non. «Je dois encore y réfléchir» est donc le signal tangible d’une amygdale probablement inquiète. 

Elle interprète en permanence la signification des messages non-verbaux de nos gestes et de nos mimiques. Elle sonde chaque modulation de la voix du vis-à-vis et décode ses intentions présumées. Car chaque saute d’humeur transparait de façon plus ou moins perceptible dans l’expression du visage. L’amygdale lit ces signaux et nous fournit sans arrêt un flot d’informations: … ceci l’a intéressé, … cela l’a ennuyé, … cela l’a fait réfléchir, … là, il a eu une hésitation, … on dirait qu’il est à présent sur le point de dire oui.

Conseil pratique 
Un bon conseil pour ceux qui souhaitent se familiariser avec l’amygdale de leur interlocuteur: faire preuve d’une réelle authenticité. Chez le menteur, l’expression émotionnelle est deux dixièmes plus lente, car il doit d’abord «penser» son émotion. Ce retard trahit l’intention. Pour cette raison, la méthode tant prisée et adoptée par certains coaches: l’incitation à l’imitation consciente (adopter la même position assise, reproduire la même gestuelle) ne fonctionne pas vraiment. Une amygdale entraînée se méfie à temps. Elle démasque l’hypocrisie et la manipulation – et réagit avec un programme défensif. 

Pour le cerveau, le négatif a toujours priorité

Les informations négatives peuvent refouler tout évènement, si heureux soit-il, de la conscience. Ceci concerne du reste les douleurs corporelles autant que les douleurs morales. Sommes-nous au plus mal, le monde nous semble gris, et nous nous refermons. La science nomme cet état «négative prédisposition». Ainsi, sur le positif même, plane une ombre envahissante.

Un simple mot négatif suffit, comme des études l’ont démontré, pour troubler notre humeur et se finaliser par un non. Soignez votre langage, exprimez-vous en positivant! Car de bonnes sensations motivent favorablement notre cerveau pour la prise de décision. Si nous observons plus précisément les émotions, nous pouvons les cataloguer par niveau d’activation. L’émotion de loin la plus négative est la colère. Et le point positif le plus élevé sur l’échelle des émotions est provoqué par la bonne surprise.

Conseil pratique
Vouloir vendre en utilisant la pression est donc aussi aberrant que vouloir diriger en faisant régner la peur et la terreur. En revanche, des évènements positifs imprévus dans le cadre d’un entretien de vente – comme une récompense inattendue ou un extra non planifié – peuvent provoquer des petits miracles. Car les gens veulent être satisfaits.

La peur face au non du client

Une personne exerçant dans le secteur de la vente doit compter inévitablement avec un certain nombre de refus. Ceci fait partie du job. Les commerciaux les moins performants ont souvent peur du non du client. Ils craignent une atteinte à leur égo ou un rejet émotionnel. Un refus peut s’avérer être, comme beaucoup d’entre nous l’ont déjà vécu, une expérience désagréable. Nous essayons donc de l’éviter. Nous baratinons et tournons autour du pot pour tenter d’éviter de poser la question finale.

L’origine de la peur? En situation de danger notre lobe frontal, siège de la pensée, est déconnecté et l’amygdale est activée. Elle a plus particulièrement la mission de nous préserver de dommages éventuels. Et chaque non d’un client est un danger potentiel. Il signifie: défaite, humiliation, rejet. Chaque «Je dois encore y réfléchir» semble beaucoup plus amical. Ainsi, pour ne pas avoir à subir un non cassant, certains commerciaux passent à côté d’un oui illusoire mais toujours possible.

Quand le danger est imminent notre coeur commence à s’emballer, la tension artérielle et le rythme respiratoire augmentent, les mains deviennent moites, les genoux flanchent, les yeux s’agrandissent et les pupilles se dilatent sans que nous n’y puissions rien changer. Les muscles se contractent. Les glandes surrénales déchargent leurs réserves d’adrénaline dans le flux sanguin. En l’espace de quelques centièmes de seconde, notre mémoire à long terme sélectionne simultanément le programme approprié. Si elle ne trouve aucune solution, le cortisol (hormone du stress) s’évacue lui aussi. Les sentiments négatifs de détresse, d’impuissance et de désespoir se propagent. Nous commençons à bégayer ou à dire n’importe quoi. Les mots justes nous viennent beaucoup plus tard seulement, lorsque le danger s’est éloigné.

Conseil pratique
Pour vaincre la peur, vous devez prendre en compte toutes les éventualités. En marge de votre programmation d’objectifs, formulez donc aussi un plan de sortie: que se passerait-il au pire si l’entrevue n’aboutissait à aucun résultat? Dans quelles circonstances les négociations pourraient-elles échouer? Ainsi, vous vous débarrassez de votre peur de l’échec. Car chaque entretien de vente n’est pas obligatoirement couronné de succès. Il est parfois même préférable de renoncer. Une option de sortie claire vous permet d’agir avec plus d’assurance et de détermination.

Recommandations produits

  • La vente émotionnelle

    La vente émotionnelle

    Détenez l’art de conquérir clients et marchés.

    CHF 38.00

  • Gestion de soi

    Gestion de soi

    Soyez efficace tout en prenant soin de vous.

    Plus d'infos

  • WEKA Modèles de contrats en ligne

    WEKA Modèles de contrats en ligne

    Gagnez en assurance avec des modèles adaptés à vos besoins.

    Plus d'infos

Recommandations de séminaire

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

    La correspondance professionnelle moderne

    Rédiger les e-mails et lettres au goût du jour – orienté vers le client

    Prochaine date: 15. mai 2018

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

    Décrypter le langage corporel

    Comprendre et maîtriser le non-verbal

    Prochaine date: 19. juin 2018

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Aquatis, Lausanne

    Gestion du temps pour cadres

    Organiser de manière efficace et optimale

    Prochaine date: 22. novembre 2017

    plus d'infos