06/09/2018

L'alcool au travail: Conséquences négatives pour l’entreprise

L’alcool au travail est parfois présent pour marquer des événements professionnels: contrats signés, fin de mandats, promotion, départ à la retraite, veilles de week-end ou de vacances.

Commenter Partager Imprimer

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 

L'alcool au travail

L'alcool

L’alcool occupe une place privilégiée dans notre société. On consomme des boissons alcooliques lors des fêtes, des baptêmes, des mariages, des enterrements, des réussites ou des défaites, lors de petits instants de plaisir de la vie de tous les jours ou alors pour soulager le stress et la peur.

Les conséquences de la consommation de l'alcool au travail

Une consommation d’alcool à la pause de midi peut générer une somnolence, une baisse de la concentration, un manque d’envie de travailler et, s’il y a eu excès, une augmentation de la témérité et une désinhibition du comportement pouvant conduire à des attitudes inadéquates voire provoquer des accidents. Elle peut donc générer des risques pour la qualité des prestations, pour la sécurité et pour l’image de l’entreprise. Il en va donc de la responsabilité de l’employeur d’en tenir compte et de définir des règles claires à cet égard.

Quand réagir?

Ce n’est qu’après de nombreuses années d’alcoolisation problématique que des signes extérieurs se manifestent. Mais, tôt ou tard, le comportement de la personne concernée change et les prestations fournies s’en ressentent. C’est à ce moment-là que l’alcool au travail commence à poser des problèmes. Mais alors, comment réagir?

Un problème caché

Dans un premier temps, il est fréquent que le supérieur hiérarchique, pour construire et préparer son premier entretien, parte à la recherche d’indices révélant un problème de dépendance. Les supérieurs se heurtent alors à une difficulté majeure: le déni. Les personnes ayant un problème avec leur consommation essaient presque toujours de cacher leur problème aux autres; elles vont dès lors développer des trésors de stratégie pour que cela ne se voie pas.

L’obstacle de la codépendance

Bien souvent, lorsqu’on se trouve confronté à un collègue, ami ou proche, dont on soupçonne ou sait qu’il a un problème de dépendance, on entre inconsciemment dans un mécanisme de codépendance. Les cadres ne font pas exception à cette règle. Avec une bonne volonté manifeste et une réelle intention d’aider la personne concernée, surtout si c’est une personne appréciée, ils vont couvrir les erreurs commises, corriger eux-mêmes les fautes, rattraper les retards… Tout cela parce qu’ils pensent que ce collègue «a déjà assez de problèmes comme ça, sans encore lui en rajouter».

De fait, cette attitude empêche la personne concernée d’envisager la situation avec tout le sérieux qu’elle mérite, puisqu’elle ne vit aucune conséquence négative de son comportement. Cette surprotection amène par ailleurs l’entourage à s’adapter aux dysfonctionnements de la personne, à s’accommoder des changements constatés et finalement à accepter une situation qui ne serait certainement pas tolérée de la part d’un collaborateur n’ayant pas de problème d’alcool.

Comment réagir?

Certaines modifications du comportement ou des performances fluctuantes peuvent avoir beaucoup d’autres causes qu’un problème d’alcool. Des difficultés personnelles, familiales ou des problèmes de santé peuvent influer sur la capacité et la performance au travail.

C’est en observant des indices professionnels de changement dans les performances et le comportement que les cadres pourront réagir le plus efficacement. Sur ce terrain-là, ils en ont non seulement la compétence, ils en ont également la légitimité et sont même tenus de le faire. Parce qu’ils sont en première ligne pour constater des modifications dans les prestations professionnelles ou le comportement inapproprié au travail, les cadres jouent un rôle central dans l’approche des problèmes d’alcool ou d’autres substances psychotropes en entreprise.

En portant une attention particulière aux modifications de comportement de ses collaborateurs, quand cela se produit, le cadre exprime sa préoccupation et le message sous-jacent donné à la personne concernée («je me fais du souci pour vous») peut être considéré comme une forme de reconnaissance importante et appréciée.

Source: addictionsuisse.ch

Recommandation séminaire

Congrès, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

Journée 2018 des Ressources Humaines

Les défis actuels et futurs des Ressources Humaines

Prochaine date: 08. novembre 2018

plus d'infos

Recommandations produits

  • Newsletter Droit du travail

    Newsletter Droit du travail

    Jurisprudences commentées. Exemples pratiques. Actualités & Perspectives.

    CHF 98.00

  • Gestion du personnel: facteurs de succès

    Gestion du personnel: facteurs de succès

    Diriger avec efficacité vos collaborateurs au moyen d‘objectifs

    Plus d’infos

  • L'essentiel du management

    L'essentiel du management

    La newsletter pour les cadres efficaces

    Plus d’infos

Recommandations de séminaire

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

    Gestion des conflits pour les RH

    Quels outils pour la résolution de conflits en entreprise?

    Prochaine date: 20. novembre 2018

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

    Le Coach RH

    Découvrir et mettre en pratique les méthodes de Coaching dans votre pratique des RH

    Prochaine date: 09. octobre 2018

    plus d'infos

  • Workshop pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

    Fin des rapports de travail: les bonnes pratiques

    Maîtrisez les subtilités de la fin des rapports de travail

    Prochaine date: 25. septembre 2018

    plus d'infos

Nous utilisons des cookies pour améliorer continuellement notre site web. En utilisant ce site web, vous acceptez l’utilisation de cookies. Plus d’infos