06/02/2015

Abandon de poste de travail: Quand peut-on en parler?

Lorsque le collaborateur rend son badge ou ses clés après une altercation, faut-il considérer qu’il y a abandon de poste de travail?

De: Marianne Favre Moreillon   Imprimer Partager   Commenter  

Marianne Favre Moreillon

A la suite d’une formation en droit et plusieurs années d’expérience, tant dans le monde de la finance que dans celui d’études d’avocats à Londres et à Lausanne, Marianne Favre Moreillon a décidé de mettre ses connaissances et sa pratique au profit des entreprises et a fondé le cabinet juridique DroitActif à Lausanne en 1999. Ce cabinet est spécialisé dans le conseil, le support et l’assistance juridique aux entreprises tant nationales que multinationales en matière de droit du travail et des contrats. Rendre les subtilités du droit du travail accessibles au plus grand nombre, et plus particulièrement aux entreprises, est une valeur ajoutée pour le cabinet juridique DroitActif. Marianne Favre Moreillon rédige mensuellement des articles sur des sujets juridiques actuels en matière de droit du travail. Elle collabore de manière régulière avec différents quotidiens, magazines et intervient dans des émissions à la radio.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Abandon de poste de travail

Abandon de poste de travail

Abandon de poste de travail

Le Tribunal fédéral (TF) a considéré, dans une affaire récente, que le collaborateur qui rend ses clés et quitte les locaux de l’entreprise après une altercation avec son chef d’entreprise ne manifeste pas nécessairement une intention irrévocable d’abandonner son emploi. En l’espèce, le travailleur reprit son activité sur le chantier le jour même de la dispute, encouragé par un collègue. Parallèlement, l’employeur fit savoir au travailleur, par courrier recommandé, qu’il prenait acte de son abandon de poste. La semaine qui suivit, le travailleur se trouva en incapacité de travailler. Au terme de son absence, il offrit à nouveau ses services à son employeur. Ce n’est qu’après le refus systématique de l’employeur que le collaborateur rendit son habit de travail et le téléphone de l’entreprise. Au vu des circonstances, le TF a jugé que le chef d’entreprise ne pouvait pas conclure à une volonté définitive du collaborateur de quitter son emploi.

Principe

Selon la jurisprudence, un abandon de poste se définit comme un refus conscient, intentionnel et définitif du travailleur de poursuivre l’exécution de sa prestation de travail. Lorsque l’abandon d’emploi ne ressort pas clairement d’une déclaration expresse du salarié, l’employeur doit examiner les circonstances particulières du cas d’espèce et interpréter objectivement et de bonne foi l’intention du travailleur. L’élément de durée est à ce titre un indice déterminant. Une absence injustifiée de quelques jours à la suite de vacances ou d’une incapacité de travail, ne peut en principe pas être considérée comme un abandon de poste. En revanche, une absence de plusieurs mois constitue un abandon d’emploi, même si le collaborateur offre après coup ses services.

Mise en demeure

Lorsque la durée ne permet pas de faire ressortir de manière équivoque la volonté du travailleur de ne plus revenir, l’employeur doit, dans un premier temps, mettre en demeure le travailleur de reprendre son poste. Si ce dernier réagit et apporte une justification à son absence, l’employeur ne pourra pas conclure à un abandon de poste du travailleur. Si le collaborateur ne répond pas à la première mise en demeure, l’employeur devra le sommer une seconde fois de reprendre le travail avant de considérer qu’il y a abandon de poste. Il sied de préciser que l’abandon de poste constitue une résiliation immédiate et injustifiée du travailleur. Dans un tel cas de figure, l'employeur peut demander une indemnité égale au quart du salaire mensuel, ainsi que la réparation du dommage supplémentaire.

Recommandations produits

  • Assurances sociales pratique en ligne

    Assurances sociales pratique en ligne

    Maîtrisez les trois piliers et la prévoyance professionnelle.

    à partir de CHF 298.00

  • RHpratique en ligne

    RHpratique en ligne

    Réussissez votre management du personnel.

    Plus d'infos

Recommandation séminaire

Séminaire, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

Certificats de travail – Bases

Elaboration et analyse des différents aspects du certificat de travail

Prochaine date: 25. avril 2017

plus d'infos