13/06/2017

Obligations familiales: Naviguer entre travail et famille

La loi contraint l’employeur à tenir compte de la situation familiale des parents. Aperçu des régimes spéciaux pour les collaborateurs ayant des charges de famille.

De: Marco Habrik   Imprimer Partager   Commenter  

Marco Habrik

Marco Habrik est avocat chez Nobel & Hug à Zurich. Il est spécialisé en droit du travail.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Obligations familiales

Obligations familiales

Occupation après la naissance

Les régimes légaux surviennent dès la naissance. Dans la période de temps de huit semaines après la naissance, il existe une interdiction absolue d’occupation qui, le cas échéant, doit être imposée dans les cas requis par l’employeur, même à l’encontre de la volonté de la collaboratrice concernée (art. 35a al. 3 LT). Entre le 9e et la 16e semaine après la naissance ainsi que pendant la période d’allaitement, les mères ne peuvent être occupées qu’avec leur consentement.

Congé maternité et congé paternité

Depuis le 1er juin 2005, les collaboratrices ont droit à un congé maternité d’au moins 14 semaines à partir de l’accouchement (art. 329f CO) au cours duquel les vacances ne peuvent pas être réduites (art. 329b al. 3 CO). Le congé maternité prévu par la loi peut être prolongé librement par un contrat correspondant, que ce soit sous la forme d’un congé de plus longue durée, payé par de nombreuses entreprises, ou d’un congé non payé. En ce qui concerne le congé maternité, il s’agit d’un droit de la collaboratrice concernée auquel elle peut renoncer partiellement ou en partie – après l’interdiction d’occupation susmentionnée au cours des 8 premières semaines après l’accouchement. Mais une reprise partielle de l’activité avant le délai de 14 semaines ne reste toutefois pas sans conséquences.

Alors que le congé maternité est ancré dans la loi, il n’existe, à l’heure actuelle, aucun droit correspondant à un congé paternité. De nombreux employeurs l’octroient toutefois pour différentes durées, mais sur une base volontaire.

Indemnité maternité

Pendant le congé maternité légal, la collaboratrice a droit à une indemnité maternité – lorsque les conditions sont remplies. Cette indemnité se monte à 80%du salaire moyen obtenu avant l’accouchement, mais au maximum à Fr. 196 par jour (cela correspond à un salaire mensuel assuré de CHF 7 350) pendant les 14 semaines ou les 98 jours en question. Le droit à une indemnité journalière s’éteint lorsque la collaboratrice reprend son activité avant l’expiration des 14 semaines, même s’il ne s’agit que d’une petite activité à temps partiel.]

Obligation de prise en compte

L’employeur doit prendre en considération les obligations familiales d’une manière générale lors de la détermination du temps de travail et de repos (art. 36 al. 1 LT). Fondamentalement, cette obligation de prise en compte n’interdit pas à l’employeur d’ordonner les heures supplémentaires incombant normalement et paraissant raisonnables qui dépasseraient la durée du travail convenue par contrat. Les collaborateurs ayant des obligations familiales ne peuvent toutefois pas être contraints à faire un dépassement d’horaire sans leur consentement (art. 36 al. 2 LT) ni travailler plus de 45 resp 50 heures par semaine.

Cette interdiction est impérative et elle est indépendante des intérêts de l’entreprise qui sont en jeu. Il faut toutefois relativiser dans la mesure où le collaborateur ne peut pas refuser les dépassements d’horaire qui lui sont imputés en cas de travaux urgents lorsque cela ne débouche sur aucun préjudice par rapport à ses obligations familiales (par exemple lorsque les enfants sont en course d’école ou qu’ils sont principalement pris en charge par l’autre parent).

Suivi d’enfants malades

Si un enfant tombe malade, cela peut devenir un problème pour les parents qui élèvent seuls leur enfant ou pour les parents qui travaillent tous deux. Les garderies et les jardins d’enfant ne prennent pas les enfants malades et un suivi par les grands-parents ou par un tiers est souvent difficile à organiser à cour terme. Des difficultés ne manqueront pas de naître avec l’employeur lorsque les absences des collaborateurs vont finir par se cumuler du fait d’une maladie des enfants.

La loi sur le travail prescrit sous forme explicite que l’employeur doit concéder au collaborateur qui doit soigner des enfants malades (jusqu’à 15 ans) le temps nécessaire à hauteur d’un à trois jours dans la mesure où le collaborateur peut justifier cette maladie par le biais d’un certificat médical (art. 36 al. 3 LT). Cette libération de l’obligation de travailler est limitée à un maximum de trois jours par enfant et par cas de maladie. L’employeur est libre de concéder des droits complémentaires en faveur des collaborateurs concernés par ce genre de cas dans la mesure où il sera renoncé à lui présenter un certificat médical.

Un droit à une libération de la prestation au travail découle aussi de l’art. 329 al. 3 CO en cas d’enfant malade. En s’appuyant sur cette disposition, l’employeur doit concéder les «jours et les heures usuels de congé» sans que le temps de travail perdu ne doive être rattrapé. En relèvent également la visite des membres malades de la famille ou les soins donnés aux membres de la famille. La condition en est toutefois que de telles tâches de suivi ne puissent pas être organisées différemment en dépit des efforts raisonnables du collaborateur. Les trois jours de travail prévus par la loi sur le travail devraient toutefois suffire, dans la plupart des cas, à organiser autrement un suivi requis de plus longue durée.

Article tiré de la Newsletter Ressources Humaines

Cet article pourrait vous intéresser:

- Obligations et droits de la mère: Questions et réponses

Recommandation séminaire

Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

Dossiers du personnel et protection de la personnalité

Comprendre les obligations de l’employeur, éviter les pièges et prévenir les risques

Prochaine date: 18. octobre 2017

plus d'infos

Recommandations produits

  • Newsletter Ressources Humaines

    Newsletter Ressources Humaines

    Actualité pratique et stratégie des Ressources Humaines

    CHF 98.00

  • RH pratique COMPACT

    RH pratique COMPACT

    Facilitez votre travail grâce à plus de 70 aides de travail.

    Plus d'infos

  • Newsletter Droit du travail

    Newsletter Droit du travail

    Jurisprudences commentées. Exemples pratiques. Actualités & Perspectives.

    Plus d'infos

Recommandations de séminaire

  • Workshop pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

    Contrat de travail et règlement du personnel: rédaction et maîtrise des risques

    Prochaine date: 10. octobre 2017

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

    Droit du travail dans la fonction publique

    Identifier les sources d’erreur au quotidien

    Prochaine date: 16. novembre 2017

    plus d'infos

  • Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

    Gestion des absences – Bases, concept et exemples de cas

    Accompagnement efficace des collaborateurs malades et/ou accidentés

    Prochaine date: 19. octobre 2017

    plus d'infos