26/06/2014

Succession d'entreprise: Comment planifier le changement de génération?

La succession d’entreprise est tout sauf facile: une entreprise sur trois envisage de devoir bientôt passer ce cap, et 30% d’entre elles échoueront.

De: Heike Eberle   Imprimer Partager   Commenter  

Heike Eberle

Heike Eberle, née en 1967, est une cheffe d’entreprise, une animatrice et une auteure passionnée. Elle est engagée depuis douze ans dans sa propre entreprise de construction qui, malgré bien des turbulences, obtient de bons résultats. C’est bien là une preuve incontestable de force mentale. Elle sait que seules les personnes profondément équilibrées surmontent les turbulences externes. Elle est entre-temps considérée comme une spécialiste de la construction. Son implication, corps et âme au sein de l’entreprise familiale, la pousse à transmettre ses acquis sous forme de trainings et de conseils aux entreprises ouvertes et désireuses d’évoluer. Personne très active, elle est heureuse de pouvoir faire bouger les lignes et de faire avancer les choses. Elle aime la lecture, joue au tennis, blogue, fait du jogging, surfe sur Internet et enrichit ainsi ses connaissances jour après jour.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Succession d'entreprise

Succession d'entreprise

Il est ardu de passer le témoin à la jeune génération. Des aspects émotionnels, financiers, sociaux et juridiques en font une aventure extrêmement complexe.

Des successions d'entreprise pour tous les goûts

Autrefois, la succession d’entreprise n’était pas une phase si délicate. La juridiction était plus simple, et le climat économique moins tendu. De plus, l’affaire était entendue d’avance: Monsieur Entrepreneur Junior allait suivre la trace de son prédécesseur. Il n’en va plus du tout ainsi de nos jours.

Tous n’ont pas la chance de voir leurs enfants et petits-enfants reprendre le flambeau. Il n’est pas rare de voir une entreprise fermer faute d’avoir trouvé la bonne personne pour la reprendre.

Au moment de passer le témoin, il est souvent «moins cinq». On agit dans l’urgence, on fonce tête baissée, sans planification. Le changement de génération doit alors se faire en un temps record. Le scénario est connu: l’entrepreneur a bien de la peine à se décider à lâcher l’œuvre de sa vie; il ne confie jamais les rênes à personne. Les années passent, mais il ne prend aucune disposition pour sa succession. Parmi le personnel, personne ne sait ce qu’est censée devenir l’entreprise une fois que son chef ne sera plus là. Et le malheur arrive: le boss a des ennuis de santé, il est de plus en plus souvent absent, jusqu’au jour où il est définitivement hors jeu. Pendant tout ce temps, aucune décision importante ne peut être prise, et l’entreprise a les pieds et poings liés.

Que faire?

La chose la plus grave qu’il puisse arriver à une entreprise saine est de ne plus pouvoir agir. Cette incapacité réduit à néant du jour au lendemain le plus performant des systèmes. Il faut donc prévoir à temps l’avenir de son entreprise. On ne le dira jamais assez aux entrepreneurs: réglez aussi tôt que possible votre succession d'entreprise!

Les entrepreneurs qui le font sont malheureusement rares. C’est justement parce que les successions sont un sujet si complexe que de nouvelles marges de manœuvre apparaissent lorsqu’on y réfléchit vraiment. Penchez-vous donc à temps sur le sujet. Ne le remettez pas à la Saint Glin Glin.

Un classeur «Urgences»

Toutes les entreprises devraient tenir à jour un classeur «Urgences», qu’il y ait un changement de direction en vue ou non. Au cas où le patron ne peut s’occuper de la gestion de l’entreprise, les employés doivent y trouver tous les documents essentiels: contrats, procurations, mots de passe, codes PIN et TAN, relevés de comptes, informations concernant les clés secondaires, instructions à suivre en cas d’urgence, listes de projets, cahiers des charges des collaborateurs, liste des brevets et droits de propriété intellectuelle, documents de la division finances et comptabilité, assurances, liste des principaux partenaires commerciaux, principales adresses (conseiller fiscal, conseiller financier), documents personnels (testament, directives anticipées, situation financière). Dans certaines entreprises, un manuel «Organisation» complète ce classeur «Urgences»: on y trouve une description détaillée des processus de l’entreprise, de manière à ce que n’importe quel collaborateur puisse s’en sortir même en l’absence de ses collègues.

Procurations bancaires et mandat de représentation

Il n’est pas rare qu’un patron qui se portait très bien subisse un coup dur. Dans le pire des cas, il n’a pas désigné de personne pour le représenter et reprendre la direction de l’entreprise.

Choisissez donc une personne de confiance à qui vous donnerez une procuration bancaire et un mandat de représentation. Sans cela, votre entreprise serait paralysée s’il devait vous arriver malheur.

Conseil: si vous ne souhaitez pas donner de procuration bancaire ou de mandat de représentation de votre vivant, vous pouvez les déposer chez votre notaire et en informer la personne à laquelle vous avez accordé votre confiance.

Le testament

Un testament est particulièrement utile aux entreprises familiales pour lesquelles une succession soudaine et inattendue serait une ruine financière. Il n’est pas rare que les membres de la famille soient aux aguets pour obtenir la plus grande part d’héritage possible. Des instructions et décisions claires concernant la fortune de l’entreprise permettent d’éviter des conflits d’héritage très énergivores.

Remettre son entreprise

Il n’est pas sage de toujours remettre à plus tard le moment de passer le relais. Plus tôt vous prendrez une décision sur cette question difficile, plus les personnes concernées auront de marge pour réfléchir à leurs projets et gérer la transition du point de vue fiscal. Pensez-y: même si aucun membre de la famille n’est susceptible de reprendre l’entreprise, il arrive que des employés de longue date soient, eux, disposés à le faire et capables.

Autres options: fermer l’entreprise, fusionner, affermer, vendre. Cela prend aussi entre 1 à 3 ans, en fonction de l’attractivité de l’entreprise.

En bref: en matière de succession d’entreprise aussi, mieux vaut prévenir que guérir. De même qu’une fois franchie la barre des 50 ans, vous êtes censé contrôler régulièrement votre état de santé, vous devriez prévoir assez tôt quel avenir vous réservez à votre entreprise.