Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Leadership émotionnel: Le style de gestion le plus efficace?

Certains dirigeants ont plus de succès que d’autres. Mais ce n’est pas si simple. Le succès du leadership ne vient jamais tout seul, quoique lorsque la relation émotionnelle entre le leader et le personnel est harmonieuse, la chose semble relativement facile. Pour le cadre que vous êtes, il est donc primordial de connaître votre type de leadership. Il s’agit en effet de savoir comment orienter efficacement vos collaborateurs et votre équipe vers un succès commun.

22/04/2022 De: Matthias K. Hettl
Leadership émotionnel

Que vous soyez chef d’entreprise ou chef d’équipe, votre capacité à inspirer, diriger et influencer le comportement des autres est essentielle pour progresser collectivement. Il existe d’innombrables approches et styles de leadership différents, mais l’un des plus efficaces est le leadership émotionnel. Selon Daniel Goleman, le secret réside en effet dans l’intelligence émotionnelle, qui serait, à l’avenir, la clé du succès.

Six différentes styles de gestion

Les auteurs y présentent six types différents de leadership émotionnel. Chacun d’eux peut être efficace dans une situation particulière. Autrement dit, chaque style de leadership émotionnel peut vous mener plus loin. Et l’aspect positif de l’approche du leadership émotionnel est que vous pouvez, avec un peu d’entraînement, prendre en compte les différentes configurations dans votre leadership quotidien.

Les styles de leadership décrits par Goleman, Boyatzis et McKee diffèrent des autres styles de leadership en ce qu’ils accordent une attention particulière à l’impact émotionnel des collaborateurs.

En effet, chacun de ces six styles a un effet différent sur la façon dont un collaborateur se sent. Il sera donc plus efficace d’appliquer l’un ou l’autre style en fonction des conditions données et des résultats à obtenir.

Pas de style de gestion émotionnelle

L’une des affirmations les plus importantes du livre consacré à l’«emotional leadership» est qu’il n’existe pas un style de leadership émotionnel meilleur qu’un autre. Chaque style présente en effet un certain nombre d’avantages et comporte des aspects qui ne conviennent pas à toutes les circonstances. Il convient donc de bien les connaître tous afin de choisir le plus adéquat dans une situation spécifique. Un bon leader doit toujours être capable de s’adapter à toutes les situations qui se présentent à lui.

Vous pouvez ainsi jouer carrément au chef et pousser votre personnel à donner le meilleur de lui-même. Vous pouvez également de caractère bonhomme, jovial et sympa toutes la journée. Aucun style de leadership n’est à lui seul garant du succès. Le facteur décisif est que vous savez et pouvez adopter différents styles. Utiliser ces six styles de leadership émotionnel consciemment et en fonction de la situation, voilà qui vous permettra d’engranger de précieux succès. Examinons-les de plus près.

Bien que chacun de ces styles présente des caractéristiques très différentes, ils sont tous basés sur la compréhension des émotions des autres. C’est effectivement de là que vient l’expression «leadership émotionnel». Cela étant, est-il toujours judicieux d’utiliser l’un de ces six styles pour diriger les collaborateurs? La réponse à cette question dépend des circonstances et des situations auxquelles vous êtes confronté.

Les différents styles

  1. Style visionnaire: une vision se réalise ensemble, ce qui unit et inspire vos collabora-teurs. Pour ce faire, vous devez §tre capable de vous mettre à leur place et faire preuve de beaucoup d’empathie. Si vous voulez réaliser quelque chose de vraiment visionnaire, c’est ce style qui convient le mieux.
  2. Style participatif: ce style de leadership est relativement chronophage, car il faut passer beaucoup de temps et avoir des conversations approfondies avec vos collaborateurs. C’est exactement ce qui crée la base de la confiance. La conscience de soi émotionnelle est cruciale ici. Et faites comprendre à vos collaborateurs que vous vous souciez d’eux. Que vous leur faites confiance. Déléguer davantage est une façon d’y parvenir.
  3. Style harmonie: vous «aimez» vos collaborateurs, vous §tes toujours à l’écoute de leurs problèmes personnels. L’harmonie est plus importante pour vous que toute autre chose. Cela impacte l’ambiance de travail et la loyauté dans votre entreprise. Mais cela ne signifie pas que vous évitez toute confrontation. Combinez votre harmonie avec une ori-entation vers un objectif et une vision. Car laseule reconnaissance finira par lasser vos collaborateurs.
  4. Style égalitaire: si vous avez besoin de conseils de la part de vos collaborateurs qualifi-és et si vous vous voulez savoir ce qui se passe réellement dans votre département, alors choisissez cette voie. Cela nécessite d’écouter et d’impliquer vos collaborateurs en leur posant des questions. Autrement dit, c’est exactement le contraire que de taper sur la table en tant que chef.
  5. Style empowerment: il s’agit du style d’encouragement que vous appliquez à vos si-tuations de leadership dans lesquelles vous pouvez compter sur des personnes capa-bles et compétentes. Ce style peut également §tre adopté en combinaison avec le style visionnaire ou égalitaire. Dans d’autres cas, ce style pourrait entraîner des exigences excessives et un burn out chez vos collaborateurs.
  6. Style commandant: Réfléchissez bien au moment d’utiliser ce style. Si vous vous adressez fréquemment à vos collaborateurs de cette manière, alors vous ne devez pas §tre surpris de récolter la frustration plutôt que le succès. Ce style est utile dans des situations très particulières, par exemple en cas de crise ou lorsqu’une action immédiate est requise.

Gérer avec les émotions selon les situations

On peut constater globalement que ce type de leadership présente également des aspects négatifs et positifs. Cela est tout aussi vrai pour pratiquement tous les autres types de leadership. Comme disait Paracelsus, «poison ou remède, tout est une question de dosage». C’est pourquoi nous allons examiner de plus près les principaux avantages et inconvénients du leadership émotionnel. Les connaître peut vous aider à mieux décider, dans une situation concrète, s’il est judicieux de faire appel aux émotions ou si vous devez essayer le contraire, de manière logique et avec moins d’empathie.

Les avantages du leadership émotionnel

La gestion des collaborateurs sur la base de l’intelligence émotionnelle présente un certain nombre d’avantages. L’un des plus importants est qu’elle vous permet de trouver un équilibre entre la réalisation de vos objectifs et la création de bonnes relations au sein de votre personnel. Il est probable qu’à court terme, cela puisse entraîner une baisse des performances, mais celle-ci sera compensée par l’individualité et le sens de l’objectif personnel exigés par la jeune génération en particulier. Le leadership émotionnel se caractérise donc à long terme par une performance et une efficacité accrues.

En outre, un bon leader émotionnel peut renforcer considérablement les qualités positives de tous les collaborateurs grâce à une approche personnalisée. Vous pouvez ainsi aider vos collaborateurs à découvrir les talents qui leur sont propres, à être motivés pour contribuer et à développer leur individualité sur le lieu de travail.

Les inconvénients du leadership émotionnel

Malgré tous les avantages décrits ci-dessus, un style de leadership émotionnel n’est pas toujours la solution idéale dans certaines circonstances. Dans certains cas, en effet, son utilisation peut également avoir un impact négatif, à savoir:

  • Le leadership émotionnel peut conduire le cadre à être trop fortement guidé par ses propres émotions, c’est-à-dire à agir de manière trop impulsive. Cela peut donc nuire à l’entreprise dans son ensemble et à la réalisation de ses objectifs. Fondamentalement, la gestion d’une entreprise doit se faire selon des points de vue rationnels.
  • La forte considération émotionnelle des intérêts individuels des collabora-teurs ne cadre pas toujours avec les objectifs de l’entreprise. Vous devez prendre une décision qui peut être difficile pour un collaborateur sur le plan émotionnel. Celui-ci devra par exemple travailler le week-end en raison d’une commande importante d’un client. Si vous faites preuve d’une compassion excessive à son égard, l’exécution de l’ordre pourra être problématique.
  • Si vous tenez trop compte de toutes les préoccupations individuelles de vos collaborateurs, vous aurez besoin de beaucoup plus de temps, et ce, au détriment de vos résultats. Dans certaines situations, il est important qu’en tant que cadre, vous vous concentriez sur ce qui doit être réalisé; c’est cela qui doit toujours être au cœur de vos actions. Si vous axez trop votre comportement sur les intérêts de vos collaborateurs, vous rencontrerez de gros problèmes de leadership.
  • Les «fluctuations» émotionnelles font que vos collaborateurs auront plus de peine à vous comprendre. En effet, un excès d’empathie et de proximité avec vos propres émotions vous amène à trop vous laisser influencer par votre humeur. Vous devez être conscient que ces fluctuations sont perçues par tous vos collaborateurs, ce qui vous fera passer pour quelqu’un d’erratique. C’est exactement le contraire de ce que les collaborateurs attendent de vous.

Résumé

Fondamentalement, l’utilisation de l’intelligence émotionnelle dans votre leadership vous aide, en tant que cadre, à être plus performant. Car si, en tant que dirigeant, vous maximisez les avantages d’un leadership intelligent sur le plan émotionnel, vous orienterez les émotions de vos collaborateurs dans la bonne direction, de manière positive et motivante. Ce faisant, restez flexible et ne vous cramponnez pas à un style de leadership particulier. N’oubliez pas que vous avez le choix entre six styles de leadership émotionnel!

Newsletter S'abonner à W+