Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Prendre une décision: Comment la psychologie intervient dans les décisions

Nous avons tous le choix, mais plus le choix est grand, plus les décisions sont compliquées. Nous disposons de nos jours de tellement de possibilités de choisir, situation inédite dans notre histoire. Ayons alors conscience de quelque chose: la liberté de choisir et la responsabilité sont les deux côtés de la même pièce!

24/01/2019 De: Rolf Rado, Sue Rado
Prendre une décision

Décider, c’est aussi trancher, car une décision constitue toujours en un choix entre plusieurs alternatives. Le mot «décider» contient aussi le mot «scinder». En économie, on calcule alors ce que l’on appelle les coûts d’opportunité. Ce sont les coûts d’un bénéfice perdu si on se décide en faveur de l’alternative A par opposition à l’alternative B. Mais il est parfois impossible de calculer sous forme spécifique ces coûts pour de nombreuses décisions, notamment lorsqu’il s’agit de «choix de vie».

    Erreurs et culture de l’erreur

    Un facteur important dans la prise de décisions est constitué par les erreurs. Lorsque l’on travaille et que l’on décide, on fait des erreurs – ce qui est décisif, c’est comment on se comporte ensuite. Répondez donc à la question suivante?

    • Quelle est la culture d’erreur qui existe chez vous, dans l’entreprise, dans la famille?
      – Exemple positif: «tout le monde peut faire des erreurs – mais une seule fois la même»
      – Exemple négatif: «on coupe la tête à celui qui a fait l’erreur et à celui qui porte le message»
    • Qu’est-ce que vous feriez – par exemple laisser aller – si vous n’aviez pas peur de faire des erreurs ou du rejet?

    Motifs pour lesquels aucune décision n’est prise

    • Peur: risque contre sécurité. Beaucoup de personnes ont peur du changement, elles oublient que la vie dans son ensemble est faite de changements
    • Les gens souhaitent rester toute leur vie dans le même statu quo (métier, partenaire, domicile, etc.). Le tout selon le slogan: «Mieux vaut être malheureux dans ce que l’on connaît que d’être heureux dans ce qu’on ignore»
    • Les gens pensent qu’ils vont pouvoir décider «plus tard» – quel que soit le sens donné au concept de «plus tard». Mais cela prend beaucoup d’énergie, car la décision encore à prendre reste à l’esprit et cela mine leur confiance en soi
    • «Dormir dessus» ne sert à rien – car nous ne réfléchissons pas pendant le sommeil
    • Les individus ont peur de prendre une «mauvaise» décision. Mauvais reste toutefois relatif, car l’individu décide au moment présent selon ses connaissances et son expérience sur le moment. Nous ne saurons jamais ce qui serait advenu autrement
    • Les gens pensent qu’ils peuvent prendre leurs décisions facilement et sans douleur – mais cela n’est généralement pas le cas
    • Plus la décision rejetée est appréciée, plus l’alternative qui a été choisie est évaluée – et cela donne de la confirmation

    Possibilités de décision: loin de – en direction de

    • Les décisions «loin de» sont celles dans lesquelles on se sent mal et où l’on ne veut tout simplement plus vivre ce problème. Un chef, le travail, un partenaire, un logement qui ne sont plus supportables, etc. C’est en ordre et cela peut arriver. Ici, le risque d’action irréfléchie est grand, car on fuit quelque chose. Donc: ne pas «tirer simplement à vue» sans réfléchir!
    • Les décisions «en direction de» sont plus puissantes. Il s’agit ici d’agir sur la base de ses propres objectifs, de sa vision de la vie, de ses rêves – et c’est évidemment plus réjouissant

    Décider en situation de stress

    Le stress est partout – même si le stress est largement auto-constitué. Mais, c’est justement dans ces moments-là que la plupart des gens ont des difficultés à prendre des décisions, car le stress est justement une mauvaise base afin de prendre de bonnes décisions. Le stress bloque la réflexion.

    Le chercheur en neurosciences Gerhard Roth dit à ce propos: «Dans les situations de danger, le cerveau produit de la noradrénaline et cette substance nous permet de réagir immédiatement, même si elle bloque de larges régions de notre cortex cérébral. Les décisions rationnelles sont pratiquement impossibles dans ce genre de situation».

    Nous fuyons ou nous restons ébahi et quiconque réagit ainsi fait généralement ce qu’il ne faut pas faire. Il est donc important, en situation de stress, de prendre des précautions, par exemple de suivre des check-lists. Ce n’est pas pour tien que les pilotes et les astronautes travaillent avec des check-lists. Dans ces métiers, il existe des check-lists pour chaque situation dangereuse et de stress!

    Intéressant

    • Nous décidons plus facilement lorsque nous sommes debout
    • Nous décidons de manière plus intelligente lorsque nous avons bien dormi
    • L’irritation rend les décisions plus rationnelles
    • Les gens de mauvaise humeur voient plus clairement les choses
    Newsletter S'abonner à W+