Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Taux d'intérêt négatifs: Un défi pour la gestion des liquidités

La persistance des taux d'intérêt négatifs font que de plus en plus d'entreprises sont confrontées à des défis. Les banques ont en effet tendance à répercuter les taux d'intérêt dits de pénalité sur leurs entreprises clientes. Cet article montre comment faire face à la situation en tant que département financier.

31/01/2022 De: Clemens Kustner, Silke Waterstraat
Taux d'intérêt négatifs

Les taux actuels

Les taux d'intérêt en Suisse sont négatifs depuis janvier 2015. La BCE avait déjà abaissé le taux d'intérêt de la facilité de dépôt à niveau négatif le 5 juin 2014 et procédé à de nouvelles baisses en 2015, 2016 et 2019. Bien que les taux d'inflation soient actuellement en hausse en Suisse, en Europe et aux Etats-Unis, ce qui a pour effet d'intensifier les discussions sur une hausse des taux d'intérêt, notamment aux Etats-Unis, une telle hausse dans un avenir proche est toujours considérée comme improbable dans la zone euro et en Suisse. Cela signifie que les départements chargés de la trésorerie dans les entreprises, ou dans les plus petites entreprises le département financier en général, continuent d'être confrontés dans leurs opérations quotidiennes à la question de savoir comment gérer la trésorerie avec de tels taux d'intérêt négatifs que les banques répercutent de plus en plus sur les clients commerciaux.

La responsabilité de la gestion des liquidités

Le département financier - souvent une équipe dédiée à la gestion de la trésorerie au sein des grandes entreprises - est responsable des liquidités. Il s'agit notamment de surveiller en permanence les flux de trésorerie actuels et prévisionnels, de veiller à ce que les liquidités soient disponibles là où elles sont nécessaires, d'investir les fonds excédentaires et - souvent en coopération avec l'équipe financière ou sous sa direction - d'accorder des prêts supplémentaires ou des augmentations de capital. Les concepts de compensation et de mise en commun des liquidités, établis de longue date, vont dans ce sens.

Les systèmes de gestion de trésorerie (TMS) sont aujourd'hui des outils standard pour les services de trésorerie des entreprises, et la gestion des liquidités a toujours été au centre des préoccupations des fournisseurs. Les systèmes de gestion intégrés (ERP) ont entretemps également passablement rattrapé leur retard en termes de fonctionnalités.

La gestion des liquidités dans un contexte d’intérêts négatifs

En ce qui concerne le financement, les taux d'intérêt négatifs constituent une opportunité. La mobilisation de capitaux à long et à court terme est devenue nettement plus favorable ces dernières années.

Toutefois, en ce qui concerne les provisions sur les comptes et la répercussion des «intérêts de pénalité», de nombreuses entreprises - en fonction de la relation commerciale globale qu’elles entretiennent avec la banque - sont confrontées à une situation qui ne cesse de se détériorer lorsqu’il s’agit de négocier avec cette dernière.

En remettant en question le plancher de taux d'intérêt zéro dans les négociations de prêts avec les banques, l'environnement de taux d'intérêt négatifs peut certainement être utilisé comme un moyen de pression potentiel. Cela permet en effet aux entreprises de minimiser leur désavantage dans les négociations.

Néanmoins, des enquêtes montrent que les directeurs financiers et les trésoriers ne sont pas satisfaits de la situation. L'un des facteurs qui a contribué à cette évolution est l'augmentation des réserves de liquidités à la suite de la pandémie de coronavirus, qui a montré qu'il n'est pas possible de thésauriser des liquidités sans accepter des risques plus élevés.

Outils pour faire face aux intérêts négatifs dans la gestion des liquidités

Il est clair que les banques – et c’est dans leur propre intérêt - ne laissent pas leurs clients seuls dans cette situation et proposent diverses solutions. Il s'agit notamment ici des dépôts en double devise, des fonds défensifs et des solutions ad hoc sous forme de mandats individuels.

Néanmoins, selon certaines enquêtes, une proportion non négligeable d'entreprises accepte les taux d'intérêt de pénalité par manque d'alternatives.

D'autres entreprises prennent les devants et appliquent réellement des méthodes classiques dans la gestion de la trésorerie, comme le placement accru des liquidités excédentaires en devises étrangères. Une autre option consiste à élargir l'univers d'investissement en assouplissant les limites ou les exigences de notation.

Un changement de relation bancaire peut également s'avérer profitable. En règle générale, les trésoriers sont réticents à changer de banque car ils veulent pouvoir continuer à s'appuyer sur un partenaire de longue date en cas de problèmes de liquidités. Il apparaît toutefois que les banques sont tout à fait disposées à accorder pendant une certaine période des franchises aux nouveaux clients afin de gagner des parts de marché.

Indépendamment des stratégies de gestion de trésorerie, la situation en lien avec la pandémie de coronavirus a accru la tendance à la numérisation dans la trésorerie. Certaines enquêtes montrent en effet que l'amélioration de la planification des liquidités est un moyen intéressant pour de nombreuses entreprises de réduire les coûts.

Newsletter S'abonner à W+