31/10/2014

Processus d'investissement: Les différentes phases

La première phase du processus d’investissement est la planification. Dans ce cadre, le controlling a pour tâche d’inciter non seulement à de nouveaux investissements, mais également à la coordination de la planification et du volume d’investissement ainsi qu’à la préparation des décisions concernant la sélection du projet d’investissement.

Commenter   Partager   Imprimer

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Processus d'investissement

Processus d'investissement


Processus d’investissement

La suggestion de nouveaux investissements implique un dialogue intense avec les unités techniques de l’entreprise ainsi qu’une évaluation des coûts d’entretien, de réparation et de remise en état relatifs aux unités ; coûts dont il découle également un besoin d’investissement dans la mesure où une évolution importante des dépenses existe à ces niveaux.


Les trois phases essentielles du processus d’investissement sont les suivantes :

  •  Planification et évaluation
  • Mise en œuvre / réalisation
  • Contrôle

Planification et évaluation de l’investissement

La planification de l’investissement se déroule régulièrement en fonction des types d’investissement. En effet, en cas d’investissement d’extension ou de complément, d’autres critères de décision sont également appliqués que pour un investissement de remplacement nécessaire à l’exploitation. L’illustration (à télécharger dans la case de droite) montre les principaux types d‘investissement.

Dans le cadre d’une planification d’investissement stratégique, on peut en particulier se poser les questions suivantes du point de vue du controlling des investissements :

  1.  Quelles priorités stratégiques se fixe l’entreprise ? 
  2. Quelles alternatives à l’investissement existent ? 
  3. Les concepts d’investissement sont-ils planifiés de manière conforme à la stratégie ? 
  4. Le projet individuel est-il stratégiquement cohérent ? 
  5. Le projet individuel est-il économique ?

Il en résulte les exigences suivantes concernant une planification d’investissement stratégique :

  • la continuité de la stratégie d’entreprise jusqu’à l’investissement individuel
  • la transparence de tous les aspects stratégiques du projet individuel
  • une évaluation systématique de facteurs non quantifiables ou difficilement quantifiables
  • la prise en compte de l’élément du temps
  • la fixation et la poursuite de prémisses de planification
  • une analyse de rentabilité tenant compte d’aspects stratégiques
  • la prise en compte de coûts d‘opportunité
  • la définition de tailles d’influence critiques de la planification d‘investissement.

Pour le processus d’investissement, en plus du besoin d’investissement nécessaire à long, moyen et court terme, la planification de l’investissement doit également fournir une estimation du besoin d’équipement ainsi qu’un besoin de création éventuel. Tandis que les investissements à long terme deviennent visibles dans les actifs immobilisés, les investissements à court et moyen termes apparaissent régulièrement dans les actifs circulant. Parmi les principaux coûts de création, citons les coûts de consultation, d’inscription / autorisations et d’immatriculation au registre du commerce. On peut également considérer dans cette catégorie (en fonction de la forme juridique) les coûts liés à un notaire, à la formation complémentaire et continue, les cautions ou encore les coûts de lancement sur le marché parmi les éléments des coûts de création ou d’investissement de création.

Exemple de calcul pour la détermination des avantages d’un investissement

L’exemple suivant illustre une situation typique dans le cadre de la planification d’investissement d’une PME :

Calcul de rentabilité

Les coûts d’acquisition d’une nouvelle machine se montent à CHF 240 000,-, sachant que la machine doit être utilisée sur une durée d’utilisation prévisionnelle de 4 ans. Il faut prendre en compte des coûts fixes annuels supplémentaires à hauteur de CHF 15 000,-. Le prix à l’unité atteignable selon l’estimation du département marketing pour un produit fabriqué avec la machine se monte à CHF 32,- avec des coûts unitaires variables à hauteur de 16 euros. A partir de quel volume de ventes l’investissement est-il rentable ? X = coûts fixes / revenu marginal unitaire = 75 000 / 32 – 16 = 5000 unités La machine n’apportera un gain qu’à partir d’un volume de ventes de plus de 5000 unités.

Dans l’ensemble, les tâches suivantes font partie de la phase de planification et d’évaluation de l’investissement :

  •  Développement d’instruments pour la planification de l‘investissement. 
  • Mise à disposition de données et coordination de l’obtention des informations. 
  • Assistance lors de la définition du budget d‘investissement. 
  • Contrôle des demandes d’investissement. 
  • Assistance lors de la réalisation des calculs d‘investissement.

Utilisation de méthodes de calcul d’investissement pour l‘évaluation

Dans le cadre de l’évaluation de l’investissement, on utilise les méthodes de calcul d’investissement certes essentiellement pour l’évaluation des avantages économiques du projet d’investissement, mais elles sont également très importantes pour les décisions d’approvisionnement et de contrôle de l’investissement. On distingue ici le groupe des méthodes de calcul d’investissement statiques et le groupe des méthodes de calcul d’investissement dynamiques, qui revêtent tous deux une grande importance dans la pratique, même s’ils ne prennent pas en compte les questions de risque ou d’incertitude.

Dans un processus d’investissement, les méthodes de calcul d’investissement statiques sont basées sur la considération des coûts et produits moyens d’un investissement, en s’appuyant sur une période de référence. C’est pourquoi une considération de la structure de paiement exacte et de l’effet des intérêts n’a pas lieu ici. Dans cette mesure, les méthodes statiques correspondent à un calcul moyen, sur une période, du succès et de la rentabilité, avec des amortissements et l’évaluation de coûts d’intérêts selon le principe des intérêts moyens.

Citons parmi les méthodes statiques le calcul d’amortissement comparatif statique, des coûts, des gains et de la rentabilité. Pour récapituler, les principales caractéristiques des méthodes statiques sont les suivantes :

  • Elles sont basées sur les grandeurs de performance.
  • Elles ne prennent pas en compte une préférence de temps sur l‘argent.
  • Elles ne représentent l’engagement de capital de l’investissement que de manière insuffisante.
  • Elles comptent sur des valeurs amorties.

A l’aide des méthodes dynamiques, l’ensemble des versements et des dépenses liés à un investissement sont enregistrés et rendus comparables. Pour cela, les paiements sont soit actualisés au point de départ de l’investissement à la valeur actualisée, soit capitalisés au point final à la valeur finale ou calculé à un moment quelconque de l’investissement avec la valeur annuelle en utilisant le calcul mathématique financier des intérêts.

Les caractéristiques suivantes s’appliquent aux méthodes dynamiques de calcul de l’investissement :

  • Elles sont basées sur les flux de trésorerie. 
  • Elles prennent en compte la préférence de temps sur l’argent par les intérêts et le calcul des intérêts. 
  • Elles représentent l’engagement de capital effectif.

Les méthodes dynamiques de calcul de l’investissement traditionnelles incluent :

  • Méthode de la valeur actualisée : détermine l’accroissement d’actif au début de la période d’investissement.
  • Méthode de la valeur capitalisée : détermine l’accroissement d’actif à la fin de la période d’investissement. 
  • Méthode des annuités : conversion de la valeur actuelle en une annuité ou en une méthode de valeur capitalisée reposant sur un flux de prélèvement constant. 
  • Méthode du taux de rendement interne.

Mise en œuvre de l’investissement

Dans un processus d’investissement, la mise en œuvre de l’investissement est caractérisée par l’acquisition de l’objet d’investissement, qui inclut une commande et une livraison et à laquelle s’ajoutent par ailleurs la mise en service de l’objet ainsi que d’éventuelles mesures de formation pour le personnel. Le défi central de la mise en œuvre de l’investissement est le contrôle du projet d’investissement en termes pratiques et temporels. Cela inclut en particulier le contrôle comptable dans le cadre duquel il faut garantir que le budget financier accordé au projet n’est pas dépassé et que les principaux objectifs (partiels) du projet ou les jalons soient atteints dans les temps et au niveau économique. Un tel contrôle accompagnant le projet inclut régulièrement un contrôle des délais, des coûts et des performances. En outre, du point de vue du controlling, l’établissement de rapports continus sur les commandes, les délais de livraison, les délais de paiement, les dépenses d’investissement ou l’utilisation du budget contribue également largement à l’investissement en tant qu’accompagnement de la phase de réalisation ou de mise en œuvre.

Contrôle de l’investissement dans le processus d‘investissement

La phase de mise en œuvre de l’investissement est suivie sans problème par la phase du contrôle de l’investissement dans le cadre de laquelle les tâches suivantes doivent être effectuées :

  • Réalisation des calculs d’investissement ultérieurs. 
  • Assistance du contrôle du budget. 
  • Réalisation du contrôle de l’engagement de capital et d’actif orienté sur le bilan.

La pratique en entreprise montre qu’un contrôle de l’investissement orienté sur le résultat est certes souvent négligé pour des raisons de capacités et de coûts, mais le controlling de l’investissement doit également faire en sorte que le contrôle de l’investissement soit au moins réalisé pour les grands projets ou les projets d’investissement autrement considérés comme critiques et que le processus d’apprentissage nécessaire puisse ainsi démarrer.

Recommandation produit

Check-listes pour cadres dirigeants performants

Check-listes pour cadres dirigeants performants

Gérez votre équipe efficacement et avec succès

CHF 78.00

Recommandation séminaire

Workshop pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

Workshop Mise en pratique du nouveau droit comptable suisse

Résoudre correctement les questions de bilan

Prochaine date: 09. novembre 2017

plus d'infos