Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Gestion d'équipe: Diriger et développer efficacement des équipes

Dans le domaine du développement d’équipes, on dit souvent que ces dernières doivent être performantes. Une équipe, en particulier une équipe performante, a besoin de certaines conditions cadres pour être efficace. Et ce ne sont pas toutes les équipes qui fournissent des performances de haut niveau.

16/04/2021
Gestion d'équipe

L’équipe simple contre l’équipe à haute performance

Une équipe est un groupe indépendant de personnes qui ont la responsabilité collective d’atteindre un objectif commun. Une équipe performante, par contre, se compose d’un groupe de personnes indépendantes, stables et déterminées par leur rôle, qui partagent les mêmes responsabilités, la même confiance et les mêmes valeurs, avec un leadership fort et une orientation claire vers un objectif commun.

Une base stable et de la cohésion

Lorsque des équipes se forment, vous devriez opter pour une base solide. Vous devriez prendre votre temps et choisir les membres de l’équipe avec soin. Et vous devriez rester à ses côtés contre vents et marées.

Dans le meilleur des cas, il faut au moins six mois pour constituer une équipe performante. Toutefois, lorsque les membres vont et viennent et que la seule base est la force des relations entre les équipes, construire une équipe performante devient très difficile.

La cohésion signifie que les membres ont des liens qui les relient les uns aux autres ou à l’ensemble du groupe. Les équipes où règne une forte cohésion ne se forment pas du jour au lendemain. Il faut du temps et de la patience pour y parvenir. Des réseaux d’équipes avec un haut degré de cohésion garantissent la libre circulation de l’information et créent la confiance entre leurs membres, augmentant ainsi la performance.

Bien que la cohésion soit essentielle à une gestion d'équipe efficace, elle doit faire l’objet d’un suivi attentif en tant que telle, alors qu’il faut également laisser de la place à des idées qui viennent de l’extérieur.

Gestion d'équipe performantes et fonctionnelles

Selon Fredmund Malik, le fonctionnement des équipes de cadres implique des exigences particulières. Une équipe de cadres n’est pas caractérisée par des dimensions émotionnelles particulières, ni par une culture spécifique, ni par l’«alchimie» que l’on exige régulièrement de ses membres. Le secret d’une équipe capable de performances de haut niveau réside dans le respect des principes et des règles convenus. Chaque fois que vous examinez de plus près une équipe de cadres performante, vous pouvez constater la prise en compte de trois principes et six règles.

Six règles pour assurer a mise en place d’une équipe de direction performante

En outre, six règles doivent être respectées pour assurer la mise en place à long terme d’une gestion d'équipe performante.

La première règle: Chaque membre d’une équipe de direction a le dernier mot dans son domaine de responsabilité, parle au nom de toute l’équipe et engage cette dernière.

La deuxième règle: Personne ne prend de décision dans aucun autre domaine de responsabilité que le sien. La première et la deuxième règles sont interdépendantes et complémentaires. Cette règle permet la clarification et rapidité, elle garantit la capacité d’agir. Les violations de la règle 1 et de la règle 2 génèrent une véritable confusion dans une organisation, paralysent son efficacité et mènent inévitablement à des luttes de pouvoir.

La troisième règle: Certaines décisions doivent être réservées à l’équipe dans son ensemble. Il s’agit ici d’une protection contre l’abus des deux premières règles qui, sans correctif, conduisent à l’émergence de petits royaumes au sein d’une organisation et, tôt ou tard, à la désintégration de l’équipe. La rapidité et la capacité d’agir sont importantes, mais elles doivent être au service de l’ensemble. Certaines décisions doivent par conséquent recevoir l’approbation de tous. Il s’agira typiquement des acquisitions, des innovations majeures ou des décisions critiques en matière de personnel.

La quatrième règle: En dehors de l’équipe, aucun membre ne peut être qualifié par d’autres membres de l’équipe. Les membres de l’équipe n’ont pas besoin de s’aimer, mais la sérénité doit régner. Cette règle s’applique vis-à-vis de l’extérieur. Il peut y avoir des arguments durs et constructifs au sein d’une équipe. Chose qu’il est souvent difficile d’éviter lorsqu’il s’agit de décisions vitales et risquées. Mais personne n’a d’opinion sur ses collègues, on ne les qualifie pas - pas même par des éloges.

La cinquième règle: Chaque membre de l’équipe doit tenir les autres membres informés de tout ce qui se passe dans son domaine de responsabilité. Voilà donc un correctif à la première règle. S’il existe un pouvoir de décision autonome dans tous les domaines de responsabilité, il faut également que tous les autres en soient pleinement informés.

La sixième règle: Contrairement à une opinion largement répandue, une équipe qui fonctionne n’est pas un groupe d’égaux, même si – formellement – le système juridique le stipule. Les équipes n’ont en effet rien à voir avec la démocratie, mais avec l’efficacité. Vous êtes membre d’une équipe parce que vous devez y apporter une certaine contribution ou y accomplir une certaine tâche. Les équipes qui fonctionnent ont donc une structure interne, et elles ont aussi une direction.

Si ces principes et ces règles sont respectés, l’«alchimie» que l’on ne cesse de mentionner n›a guère de sens. Si tout est en ordre, tant mieux. Si ce n›est pas le cas, on aura une équipe fonctionnelle – non pas à cause de cette «alchimie» mais à cause des règles. Aucune personne raisonnable ne laisse une organisation aux aléas de l’«alchimie».

Newsletter S'abonner à W+