30/03/2015

Risques de change: Comment se protéger

La question de la fluctuation des monnaies est un sujet d’actualité : d’une part, suite au récent abandon du taux plancher de l’euro à 1.20 par la Banque nationale suisse (BNS), et, d’autre part, à travers la crise actuelle du rouble démontrant combien les entreprises tournées vers l’international sont vulnérables face aux variations du change. Les entreprises ne sont pourtant pas sans aide. Cet article explique le phénomène de fluctuation du change et présente des solutions possibles de protection face aux risques encourus par les entreprises.

De: Thomas Rautenstrauch   Imprimer Partager   Commenter  

Prof. Dr. Thomas Rautenstrauch

Thomas Rautenstrauch est professeur pour la formation en économie d’entreprise et plus particulièrement en accounting et controlling. Il est d’ailleurs directeur du Center for Accounting & Controlling de la Haute école d’économie de Zürich. De plus, il enseigne, en qualité de professeur invité, le management accounting en Executive MBA au sein de l’Institute for Management in Technology (iimt) de l’Université de Fribourg. Thomas Rautenstrauch est l’auteur de plusieurs ouvrages spécialisés et de nombreux articles pour des revues et pour la presse économique.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Risques de change

Risques de change

Quelles sont les répercussions des risques liés au change ?

Les risques liés au change touchent à plusieurs aspects. En effet, ils ne nuisent pas seulement au cash-flow des entreprises, mais ils réduisent aussi la valeur même de l’entreprise, les actifs (un avoir en devise disponible, par exemple) ou d’autres valeurs de résultat. Prenons l’exemple d’un exportateur suisse et d’un client de la zone euro : si le client paie le montant de la facture en euros et non en francs suisses, l’exportateur risque, avec le délai de paiement de la facture, de recevoir moins d’euros que prévu initialement (au moment de la conclusion du contrat ou de l’établissement de l’offre). L’exportateur endosse dans ce cas l’entière responsabilité du risque de fluctuation du change qui peut diminuer considérablement son profit et ses liquidités.

Lorsque, dans des cas tels que celui de l’abolition du taux plancher de l’euro par la BNS, l’euro dévalue de 20% face au franc suisse, le prix de tous les produits exportés augmente d’un bond pour les clients réglant les ventes en francs suisses.

Pourquoi au juste les monnaies varient-elles ?

On peut comprendre le taux de change comme le prix d’une monnaie étrangère. Cependant, dans les cas de taux de change flottants, ce prix n’est pas fixe. Il est influencé par les lois du marché de l’offre et la demande. En cas de taux de change fixe, une monnaie est fermement couplée à une autre. La troisième variante est celle du taux de change fixe ajustable : la banque nationale ou la banque d’émission d’un pays détermine une zone de tolérance dans laquelle la monnaie du pays peut fluctuer par rapport à une monnaie de référence. C’était le cas du régime de change de l’euro au franc suisse depuis l’intervention de la BNS en automne 2011 puisqu’il en a découlé une valeur minimale garantie de 1.20 CHF par euro. Même si un tel régime de change définit la parité de change à court et moyen terme et réduit significativement les risques pour les entreprises concernées, il requiert une attention constante de la part de la Banque nationale suisse qui doit continuellement ajuster la parité monétaire dans la zone cible, c’est-à-dire la maintenir au-dessus de 1.20.

Quels types de risques de change existe-t-il ?

Généralement, le risque de change désigne l’incertitude quant au rapport de change entre une monnaie étrangère et une monnaie de référence (monnaie du pays) à une date future définie.

Du point de vu des entreprises, le risque de change peut apparaître ainsi :

  • risque de translation : pertes sur les postes du bilan libellés en devises étrangères au moment de la clôture annuelle.
  • risque de transaction : en cas de délai de règlement d’activités commerciales (importation, exportation, investissements et actifs financiers entre autres), la transaction et les cash-flows qui lui sont liés s’effectueront selon un taux de change alors inconnu.
  • risque économique : risque de variations durables des parités monétaires nuisant à long terme à la compétitivité des entreprises à l’intérieur du pays.

Toutes les entreprises suisses sont-elles concernées de la même manière ?

En plus des entreprises de la branche touristique, les variations monétaires concernent avant tout les entreprises suisses issues du secteur industriel (du génie mécanique, de la chimie et de l’électronique notamment) qui vendent leurs produits à l’étranger. Swisscom, par exemple, n’a pas grand besoin de se protéger des fluctuations du change.

Pour les entreprises suisses présentes à l’échelle internationale et dont la production est basée dans différents endroits du monde, le risque de change est moindre puisque leur chiffre d’affaire en monnaie locale est dépensé directement dans le même pays pour les salaires, le matériel, etc. Ceci porte le nom de couverture naturelle (« Natural Hedging ») et permet de réduire un éventuel risque de change sans autres mesures d’ajustement.

Grâce à quelles mesures peut-on réduire ou éviter le risque de change ?

Une facturation exclusivement en francs suisses serait une mesure efficace – mais difficile à mettre en place – permettant d’éviter le risque de change. Dans ce cas, c’est le client étranger qui assume seul la totalité du risque. Au vu de la grandeur et de l’importance économique de la zone monétaire européenne et de ses pays membres, ce cas de figure reste absolument exceptionnel car les poids économiques s’affrontant sur le marché sont tout à fait inégaux.

Une mesure très répandue est celle de la conclusion d’un change à terme (forward) sous forme de transactions sur swaps ou sur options, par exemple. Un exportateur suisse vend les devises – qu’il touchera plus tard – à un taux fixe auquel chaque monnaie convertible pourra être achetée ou vendue dans une période donnée. Le cours à terme se compose du prix spot et d’une prime ou décote (taux de swap) calculé(e) sur la base des différentiels de taux entre les deux monnaies.

Lors de cession de créances, les créances sur les clients étrangers issus de l’exportation sont cédées à des établissements bancaires. Il est alors possible de se décharger du risque de change en le transmettant à la banque. Cependant, cette démarche est coûteuse, ce qui rend la cession de créances financièrement peu attractive.

Une autre possibilité est d’opter pour une monnaie de facturation alternative, comme par exemple le dollar américain au lieu de l’euro. Le dollar est en ce moment préférable à l’euro, bien qu’il soit lui aussi parfois soumis à d’importantes fluctuations. Les entreprises optant pour cette mesure dépendent donc de mouvements spéculatifs.

Conclusion

Aucune entreprise touchant à l’exportation ne reste sans possibilités d’action face aux fluctuations du change. Aujourd’hui déjà, se protéger des risques de ces dernières est devenu pour bon nombre d’entreprises monnaie courante. Elles optent pour des opérations de change à terme, par exemple. Au vu des turbulences monétaires actuelles, les entreprises tendent à prêter toujours plus attention à des mesures de protection efficaces et abordables.

Recommandations produits

  • Le nouveau droit comptable suisse

    Le nouveau droit comptable suisse

    Découvrez les nouveautés pour les PME et ce qui ne change pas.

    CHF 78.00

  • Contrats pour responsables de PME

    Contrats pour responsables de PME

    Disposez d’un tableau de bord pour la conclusion de contrats professionnels

    Plus d'infos

  • WEKA Modèles de contrats en ligne

    WEKA Modèles de contrats en ligne

    Gagnez en assurance avec des modèles adaptés à vos besoins.

    Plus d'infos

Recommandation séminaire

Séminaire pratique, 1 jour, Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne

Analyse du bilan, du compte de résultat et tableau de financement

Examinez vos états financiers en profondeur afin de prendre les bonnes décisions!

Prochaine date: 15. mars 2018

plus d'infos