Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Rappel: Principes juridiques et exemples de formulation

Le rappel peut être considéré comme une mise en demeure du débiteur par le créancier. Le rappel de paiement n’est pas traité en tant que tel dans le Code des Obligations et aucune règle ne définit l’obligation d’un rappel, pas plus que le nombre de rappels.

28/03/2022 De: Équipe de rédaction de WEKA
Rappel

Rappel et mise en demeure juridique

De manière générale, la mise en demeure juridique contient les éléments suivants :

  • rappel des obligations
  • fixation d’un délai
  • conséquences en cas de non-respect du délai

Le rappel fixe des obligations fixées par les parties et dans le cadre du rappel de paiement, cette notion est liée à l’échéance de la dette.

Dans les règles générales de mise en demeure, le délai fixé doit être raisonnable, à savoir que le débiteur a la possibilité réelle de s’exécuter.

En cas d’envoi du rappel par lettre signature, il est prudent de prévoir, dans le texte de la lettre que la lettre est envoyée par lettre signature, de même que par courrier ordinaire, courrier A. En effet, si le destinataire ne va pas chercher à la poste la lettre signature, ce courrier est conservé pendant 7 jours par la poste, puis renvoyé à l’expéditeur.

Or, sur le plan juridique, si une personne n’a pas retiré une lettre signature, elle est censée en connaître le contenu après l’échéance du délai de garde. C’est pour éviter ce délai supplémentaire qu’il convient d’adresser également le courrier par courrier A et l’indiquer dans la lettre.Il est préférable d’indiquer le délai selon sa date (par exemple, le 3 juin 20xx, plutôt que par durée qui peut poser des complications

Une mise en demeure complète comprend la suite qui sera donnée si le destinataire ne respecte pas ses obligations. Dans le cas d’un rappel de paiement, ces suites peuvent être les suivantes :

Rappel et procédure de poursuite             

Il s’agit d’une menace de procès en action en reconnaissance de dette, selon les circonstances et notamment les pièces au dossier, au vu d’une éventuelle opposition au commandement de pa

Si le rappel n’est pas suivi d’effet, la plupart du temps, le créancier introduit contre le débiteur une poursuite, selon la procédure décrite dans la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite, qui applique les grands principes suivants :

Le préposé des poursuites ne vérifie pas le bien-fondé de la réclamation du créancier ; il ne fait que notifier la réquisition de poursuite présentée par le créancier.

Si le débiteur conteste une demande du créancier, il fait opposition au commandement de payer.

Après l’opposition au commandement de payer, le créancier doit s’adresser au juge pour obtenir que la procédure de poursuite puisse continuer (procédure de mainlevée définitive, provisoire ou action en reconnaissance de dette).         

C’est dans le contexte d’une de ces trois procédures que le rappel peut avoir de l’importance, notamment pour le sort des frais.            

Le rappel dont on demande de renvoyer le double signé peut permettre, plus tard, dans la procédure de poursuite d’obtenir la mainlevée provisoire et agir en tant que pièce valant reconnaissance de dette.

Rappel, intérêts de retard et frais

Intérêts de retard

Tout retard de paiement n’entraîne pas nécessairement le paiement d’intérêts de retard. Ainsi, dans le contrat de prêt, en matière civile, le prêteur ne peut réclamer des intérêts que s’ils ont été stipulés (art. 313 CO).

En matière commerciale, il est d’usage de payer des intérêts en cas de retard de paiement. Le Code des Obligations fixe les règles suivantes :

Celui qui doit des intérêts dont le taux n’est fixé ni par la convention ni par la loi ou l’usage, les acquitte au taux annuel de 5 pour cent (art. 73 CO). Certaines lois prévoient un taux différent, notamment les lois fiscales cantonales.

Ce montant peut être modifié par contrat entre les parties, le taux maximum ne pouvant pas dépasser 15 %.

Frais supplémentaires

Le Code des Obligations fixe les règles suivantes pour le frais supplémentaires :

  • lorsque le dommage éprouvé par le créancier est supérieur à l’intérêt moratoire, le débiteur est tenu de réparer également ce dommage, s’il ne prouve qu’aucune faute ne lui est imputable. (art. 106 CO)
  • Cette somme n’est pas automatiquement due, le créancier devant prouver qu’il a subi un dommage réel, par exemple des frais de recherches d’adresse ou autres démarches.

La loi ne précise rien en ce qui concerne les frais de rappel, mais ils peuvent découler du contrat ou des règles admises entre parties (par exemple mentionnées sur la facture ou le rappel).

En principe, le préposé ne vérifie pas si le montant des intérêts de retard est correct ou non, pas plus que celui des frais supplémentaires (rappels ou autres).

La suite de la procédure dépend de l’attitude du débiteur :

  • Le débiteur ne fait pas opposition au commandement de payer ; il n’y a aucune vérification des montants réclamés à titre d’intérêts de retard ou autres frais ; la continuation de la poursuite peut être demandée par le créancier; la poursuite ne sera radiée qu’après remboursement de l’entier des sommes réclamées par le créancier.
  • Le débiteur fait opposition au commandement de payer et le créancier doit entreprendre les démarches judiciaires nécessaires. Le juge vérifie d’office le taux d’intérêt. (légal ou contractuel). Il peut refuser des frais qu’il estime trop élevés ou non justifiés par des pièces valant reconnaissance de dette ou des démarches particulières.

Contenu du rappel

Selon les circonstances, le rappel peut contenir plusieurs éléments :

Rappel des obligations :

Dans la rédaction d’un rappel de paiement, le texte suivant peut être utilisé:

« Nous constatons que nous n’avons pas reçu votre paiement. »

Questionnement

Le questionnement peut porter sur différents points :

« Si vous avez réglé, merci de nous adresser photocopie de votre paiement. »
« Votre non-paiement est-il dû à une insatisfaction ? Merci de nous l’indiquer, car nous tenons à satisfaire notre clientèle. »

Arrangement financier     

Il est possible de proposer un arrangement financier dans le cadre du rappel ; néanmoins, il appartient au créancier de garder la maîtrise totale sur l’arrangement. Ce point est examiné dans le second chapitre.

Délai                     

Le délai doit être raisonnable. Mais plus le rappel est proche de la facture, plus il a de chance que la note soit payée rapidement.

Par ailleurs, le délai est mentionné en fonction d’une date précise et non de nombre de jours, ce qui peut toujours poser des questions d’interprétation quant à l’échéance du délai.

Enfin, si le rappel est envoyé par lettre signature, il est prudent de l’envoyer également par pli ordinaire et indiquer cette démarche dans le texte :

« Etant donné l’importance de ce courrier, nous vous l’adressons par lettre signature et par courrier A ».

Conséquences                    

Il n’est pas possible d’obliger une personne à agir. En revanche, il est possible de lui indiquer quelles démarches seront entreprises si elle n’agit pas dans le délai imparti.

Mais les démarches doivent être précises. Une menace vague n’a pas grande portée.

Dans le cas du rappel, la suite comporte généralement deux aspects possibles :

« A défaut de nouvelles de votre part dans le délai imparti, nous introduirons une poursuite contre vous, ce qui entraînera des frais supplémentaires à votre charg ».

Newsletter S'abonner à W+