08/08/2014

Low Performers: Qui en fait partie?

En période de crise, les entreprises se demandent de plus en plus comment rester efficaces et performantes malgré la pression des coûts et comment gérer les collaborateurs médiocres, les "low performers"

De: Rolf Rado   Imprimer Partager   Commenter  

Rolf Rado

Sue et Rolf Rado Läubli sont les propriétaires d’Axios Organisations- und Personalentwicklung. Axios apporte son soutien aux  organisations qui traversent des processus de changement, établit des concepts de formation pour des entreprises et anime des ateliers et des formations. Son atout principal réside dans les projets sur mesure qu’elle développe pour ses clients. Les principales compétences de Rolf P. Rado relèvent de la conception et de l’accompagnement de processus de changement, du développement et de la mise en pratique de visions, chartes et stratégies ainsi que de séminaires et de formations dans les domaines de la conduite du personnel, de la gestion de conflit, du développement d’équipe, de la santé au sein de l’entreprise et de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Aucun commentaire n'a été écrit sur cet article. Nous nous réjouissons si vous êtes le premier à le faire.
 
Ecrire un commentaire

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur ! Veuillez svp saisir une adresse électronique (e-mail) valide.

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez saisir une valeur !

Veuillez remplir tous les champs obligatoires apparaissant en gras.
Réinitialiser
 
Low Performers

Low Performers

Souvent, elles choisissent la méthode probablement la plus simple: elles virent le collaborateur le plus mauvais. Mais cette solution n’est pas vraiment si facile.

Même si le terme de «collaborateur sous-performant» semble de prime abord compréhensible, il est d’autant plus difficile dans la pratique de prouver qu’un employé a réalisé une performance insuffisante, contraire à son contrat de travail. «L’employé doit faire ce qu’il a à faire et du mieux qu’il le peut.» Rien que dans cette tournure énigmatique, il apparaît déjà que l’employeur ne peut pas savoir aussi facilement si le collaborateur puise ou non de manière appropriée dans ses ressources personnelles.

Qui fait partie des «Low Performers»?

Sont désignés comme «Low Performers» les collaborateurs qui – en schématisant – ne satisfont pas aux exigences moyennes de leur poste de travail.

On fait la différence entre les collaborateurs qui ne remplissent pas leurs obligations contractuelles sur le plan quantitatif (collaborateurs quantitativement sous-performants) et ceux qui ne satisfont pas leurs obligations contractuelles sur le plan qualitatif (collaborateurs qualitativement sous-performants).

Il convient cependant de distinguer les «Low Performers» des collaborateurs qui commettent un manquement aux obligations qui peut être prouvé de manière objective, comme par exemple le manquement à des instructions de service, l’application à la légère de la déclaration du temps de travail et aussi les cas de mauvaise performance intentionnelle ou par négligence.

L’employeur doit pouvoir montrer que le travail fourni est insuffisant

Un employeur peut prendre des mesures juridiques contre un «Low Performer» uniquement s’il peut prouver que le travail fourni est insuffisant. Dans ce cas, cela dépend de la comparaison entre la situation théorique et situation réelle.

L’employeur doit identifier les déficits au niveau de la performance et du comportement du collaborateur concerné et prouver, grâce à une comparaison concrète du travail accompli, que l’employé, par rapport à d’autres employés similaires en termes de travail fourni dans les mêmes conditions, présente un taux moyen d'erreurs élevé ou une différence moyenne élevée en négatif par rapport à la performance de collaborateurs qui lui sont semblables.

La «performance due» s’évalue en fonction du contrat de travail. Si le travail, au niveau de la quantité et de la qualité, n’est pas ou peu décrit dans le contrat comme c’est le cas la plupart du temps, le contenu de l’obligation de travail contractuelle est déterminé par ce que l’on appelle le «droit de direction» de l’employeur et la capacité de travail personnelle et subjective de l’employé.

Même si un critère objectif concernant la capacité de travail personnelle/subjective ne peut être établi, l’employeur peut faire apparaître des indices grâce à la comparaison entre situation théorique et situation réelle, indices qui définissent un écart durable en tant qu'insuffisance du travail fourni.

 

Exemple: Un collaborateur doit traiter 20 commandes par semaine. Mais en moyenne, il n’en traite que 12, sachant que dans son service, les collaborateurs en traitent généralement 22 par semaine. Outre ces indices, l'employeur doit en plus montrer que des mesures antérieures préventives peu sévères, telles que des avertissements, n’ont pas entraîné la disparition de ces insuffisances.

Low performers - Conseils pratiques

Définir la performance escomptée au préalable

L’employeur doit comparer le «Low Performer» à d’autres collaborateurs similaires et indiquer la performance moyenne attendue. Dans la pratique, la définition même de la performance escomptée «normale» et de la performance insuffisante ou supérieure à la moyenne conduit souvent à l’inefficacité des mesures juridiques contre les «Low Performers». Afin de faciliter ceci déjà en amont, il est recommandé à l'employeur de définir la performance escomptée soit dans la description du poste, soit dans un accord sur les objectifs, soit dans les «temps impartis» communiqués aux collaborateurs. Ceci a souvent lieu dans des systèmes de primes d’entreprise ou tarifaires, dans lesquels un calcul abstrait de la performance normale, c’est-à-dire un degré de performance de 100%, est décrit.

Salaire à la tâche

Contrairement aux collaborateurs qui sont rémunérés selon un salaire à la tâche, la détermination de la «performance normale» est plus difficile pour les collaborateurs payés à l’heure. Dans chaque groupe, peu importe la performance du collaborateur, il y a forcément un dernier: voilà le problème. Mais le fait qu’il soit le dernier ne fait pas automatiquement de lui un «collaborateur sous-performant».

Dans la détermination de la performance moyenne de collègues similaires, la création d’une moyenne au-delà de tous les collaborateurs similaires, et donc en incluant les collaborateurs les plus performants, mènerait non pas à une orientation sur la performance moyenne mais sur une performance supérieure aux obligations.

La mauvaise performance doit être considérable: Si l’employeur veut réussir à établir qu’il s’agit d’un «Low Performer», il doit montrer dans un second temps que ces «mauvaises performances» ont dépassé un certain seuil d’importance sur une période donnée.

Recommandation produit

Modèles de contrats pour dirigeants de PME

Modèles de contrats pour dirigeants de PME

Optimisez votre temps avec nos modèles de contrats pour dirigeants de PME.

CHF 198.00

Recommandation produit

Les 100 meilleurs outils du droit du travail

Les 100 meilleurs outils du droit du travail

Optimisez votre temps dans le domaine du droit du travail.

CHF 98.00