Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Le syndrome du Burnout: Phases et prévention

Vous connaissez sans doute des gens, dans votre environnement, qui sont touchés par le Burnout – ou vous en avez souffert vous-même. Le Burnout est un phénomène qui a fortement progressé au cours de ces dernières années. Cela est naturellement dû à un certain nombre de causes.

17/03/2022 De: Rolf Rado, Sue Rado
Le syndrome du Burnout
  • Toujours plus de travail est alloué, dans les entreprises, à un nombre de plus en plus réduit de personnes
  • Les exigences sont à la hausse et la pression aussi
  • La peur de perdre son poste prend de plus en plus d’importance
  • Le stress provoqué par l’excès d’informations est omniprésent
  • Le stress durable (voir l’article précédent)

Si tout le monde peut souffrir de Burnout, les personnes particulièrement à risque sont celles qui ont beaucoup à faire avec d’autres gens dans leur métier, autrement dit, les professions d’assistance (médecins, infirmières, personnel soignant), les enseignants, les politiciens, les cadres supérieurs, etc. Souvent, ce sont des gens qui s’engagent fortement, qui veulent en fin de compte «améliorer le monde», mais qui s’aperçoivent qu’ils sont prisonniers d’un certain système qui ne leur permet pas de vivre leurs idéaux et leurs valeurs. Ce n’est donc pas seulement un excès de travail qui débouche sur le syndrome du Burnout. Par exemple les artistes qui passent pratiquement toute leur vie dans leur atelier, qui suivent leur passion et qui vivent leurs valeurs et qui n’ont pas besoin de vacances ne sont que peu concernés par le syndrome du Burnout.

Les origines précises du Burnout ne sont pas totalement expliquées. Jusqu’ici, on a identifié les déclencheurs suivants:

  • Exigences élevées placées à son propre travail / besoin de perfectionnisme
  • Stress durable
  • Ambition marquée
  • Syndrome du secouriste
  • Mobbing
  • Peur
  • Conscience marquée de ses responsabilités
  • Manque de reconnaissance par le supérieur hiérarchique
  • Pas de réseau social qui permet de décompresser / stress dans la famille

En matière de Burnout, il n’existe pas de symptôme unique, il s’agit de plusieurs symptômes qui s’immiscent et qui agissent ensuite pendant une longue période de temps.

Le plus subtil, en matière de Burnout, c’est qu’il s’agit d’un processus silencieux. Les symptômes sont souvent ignorés, le cas échéant compensés.

Symptômes physiques:

  • Nausées
  • Douleurs abdominales
  • Vertiges
  • Céphalées
  • Crampes
  • Pertes d’équilibre
  • Perturbations du sommeil
  • Problèmes d’érection / Perte d’appétit sexuel
  • Sensibilité accrue aux infections
  • Problèmes cardiaques / sensation d’excitation / palpitations

Symptômes psychiques:

  • Etats dépressifs, mauvaise humeur, cynisme, dépression
  • Perte de confiance en soi
  • Perte d’intérêt, de motivation
  • Pas de joie de vivre
  • Tendance à être stressé, facilement irritable
  • Insatisfaction avec soi-même, son travail, son environnement, le monde entier
  • Réduction des contacts sociaux
  • Peur / attaques de panique

 

 

Phases d’un Burnout

  1. Ambition démesurée, fort engagement, exigence de perfection, aptitude exagérée à performer, contrainte d’idéalisme, se prouver quelque chose ou le prouver à d’autres, surévaluation de soi, objectifs inappropriés, mauvaise appréciation de soi
  2. La flamme brûle toujours, mais il n’existe plus d’équilibre sain. Aucune compensation n’est prévue, on se sent indispensable. L’engagement sera encore renforcé, ses propres besoins seront négligés. Premiers signes de malaise, de perturbations du sommeil, de sensation de fatigue chronique, le week-end ne suffit plus pour se reposer
  3. Peur de ne plus pouvoirs satisfaire aux exigences, attitude négative, les collègues et les clients ne sont plus que source de fatigue, la faute est reportée sur les autres, les expériences réussies ne surviennent que rarement, des échéances sont oubliées, déni des problèmes et des conflits. Si cela est encore possible, l’engagement sera encore renforcé. Prise de somnifères   
  4. Désengagement, réticence, fatigue, stress lors des réflexions pendant le travail, l’image de soi se fissure, muscles crispés, grincements de dents, sensation d’abandon/de perte d’espoir, dépression, rancœur. Il manque toute énergie pour compenser et pour corriger. Fuite dans la drogue, notamment dans l’alcool
  5. Extinction de la braise: veilleuse, arrêt, la qualité du travail est indifférente, résistance contre tout (y compris contre soi-même), difficilement accessible aux autres, vide intérieur, effondrement, perte de contrôle

Prévention

    Etant donné que le syndrome du Burnout  est en étroite corrélation avec le stress, toutes les mesures de l’article précédent relatives au stress sont donc aussi valables et importantes en matière de Burnout.
    Le fait qu’une alimentation saine joue un grand rôle est encore plus vrai pour le Burnout que pour le stress. La possibilité de souffrir d’un Burnout est largement réduite dans un corps qui est alimenté en substances vitales. Ici aussi, on retrouve une spirale négative, au plus tard lorsqu’il devient nécessaire de prendre des médicaments ou des antidépresseurs, car de tels produits constituent des destructeurs extrêmes de substances vitales et ils endommagent le corps.

    Que pouvez-vous faire en tant que supérieur hiérarchique?

    • Gardez les yeux et les oreilles ouverts et veillez à maintenir un contact avec vos collaborateurs, veillez aux symptômes. Réglez votre journée de travail de telle sorte que la surcharge des collaborateurs individuels soit aussi faible que possible. Les heures supplémentaires permanentes ne constituent pas une solution!
    • Avancez sur la base de bons exemples, démontrez, face à vos collaborateurs, que vous vivez un  Work-Life Balance équilibré
    • Si vous êtes un fanatique de travail – veillez à ne pas entrer dans la spirale du Burnout, cela serait un très mauvais exemple! Encore plus important, ne demandez pas à vos collaborateurs d’avoir une attitude identique à la vôtre, car…
    • ….si certaines personnes vivent pour travailler, d’autres travaillent pour vivre – si les deux sont ok, tenez compte des préférences individuelles
    • Valorisez vos collaborateurs, exprimez votre reconnaissance et félicitez-les
    • Demandez en permanence quels sont les besoins, les désirs et les attentes des collaborateurs par rapport à leur poste. Il ne s’agit pas de tout satisfaire, mais, ce qui est essentiel, c’est d’en être informé et de pouvoir prendre ces éléments en considération.

    Voie de sortie: Coaching, thérapie, conseil

    Si un Burnout est tellement manifeste que la personne concernée ne peut plus travailler (totalement), une aide professionnelle devient indispensable. Les thématiques suivantes doivent être abordées dans le cadre d’un tel conseil:

    • Etat des lieux: apprécier sa propre situation, possibilités, limites, propres actions
    • Gestion du stress, techniques de traitement, techniques de détente
    • Identifier et minimiser les facteurs de charge et les sources de stress
    • Stratégies de résolution de problèmes
    • Alimentation et compléments alimentaires avec des substances vitales de haute qualité
    • Mouvement / sport
    • Psycho-hygiène, prendre soin de soi-même

    Nos astuces:

    • Soyez attentif aux symptômes et prenez-les au sérieux
    • Abordez la thématique du stress / Burnout – dans trop d’organisations, cela reste un thème tabou
    • Déployez successivement les astuces que vous trouverez dans cette Newsletter
    • En désespoir de cause: on trouve toujours une porte de sortie, même si cela signifie faire totalement autre chose et abandonner le travail qui vous a conduit au Burnout
    Newsletter S'abonner à W+