Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Droits des actionnaires: Droits de participation, d'information et de protection des actionnaires

Alors que le droit des sociétés anonymes ne prévoit qu'une seule obligation pour l'actionnaire, à savoir l'obligation de libération, ce dernier jouit de plusieurs droits, qui peuvent être divisés en droits patrimoniaux, droits de participation et droits de protection. Le présent article traite des principaux droits de participation de l'actionnaire.

24/02/2022 De: Michael Rutz
Droits des actionnaires

Droits de participation

Droit de participer à l'assemblée générale

Les droits de participation et de protection de l'actionnaire sont notamment réglés dans les articles 692 et suivants du Code suisse des obligations.

L'actionnaire exerce ses droits de participation dans les affaires de la société, telles que la désignation des organes, l'approbation du rapport de gestion et la décision relative à l'utilisation du bénéfice, lors de l'assemblée générale (art. 689 al. 1 CO). Il peut représenter lui-même ses actions à l'assemblée générale ou les faire représenter par un tiers qui, sous réserve de dispositions statutaires contraires, n'a pas besoin d'être actionnaire (art. 689 al. 2 CO). Le droit de participer à l'assemblée générale constitue la condition préalable à l'exercice des droits personnels de membre. Pour pouvoir participer à l'assemblée générale, il faut que celle-ci ait été convoquée conformément à la loi et aux statuts. Une personne qui n’est pas actionnaire et qui ne représente pas non plus un actionnaire n'a pas le droit de participer à l'assemblée générale. Ce dernier droit est notamment défini dans les dispositions légales relatives à la convocation de l'assemblée générale.

L'article 699, paragraphe 1, du Code des obligations stipule que l'assemblée générale est convoquée par le conseil d'administration ou, si nécessaire, par l'organe de révision. Le droit de convocation appartient également aux liquidateurs et aux représentants des créanciers obligataires. L'assemblée ordinaire a lieu chaque année dans les six mois suivant la clôture de l'exercice, alors que les assemblées extraordinaires sont convoquées en fonction des besoins (art. 699 al. 2 CO). La convocation d'une assemblée générale peut également être demandée par un ou plusieurs actionnaires représentant ensemble au moins 10 pour cent du capital-actions. Les actionnaires qui représentent des actions d'une valeur nominale d'un million de francs peuvent demander l'inscription d'un objet à l'ordre du jour. La convocation et l'inscription à l'ordre du jour sont demandées par écrit en indiquant les objets de discussion et les propositions (art. 699 al. 3 CO). Si le conseil d'administration ne donne pas suite à cette demande dans un délai raisonnable, le juge doit ordonner la convocation à la demande des requérants (art. 699 al. 4 CO).

Selon l'art. 700 al. 1 CO, l'assemblée générale doit être convoquée au plus tard 20 jours avant la date de la réunion, dans la forme prescrite par les statuts. La convocation doit indiquer les objets portés à l'ordre du jour ainsi que les propositions du conseil d'administration et des actionnaires qui ont demandé la tenue d'une assemblée générale ou l'inscription d'un objet à l'ordre du jour (art. 700 al. 2 CO). Aucune décision ne peut être prise sur des propositions concernant des objets qui n'ont pas été dûment annoncés, à l'exception des propositions de convoquer une assemblée générale extraordinaire, d'instituer un contrôle spécial et d'élire un organe de révision à la demande d'un actionnaire (art. 700 al. 3 CO). Il n'est pas nécessaire d'annoncer à l'avance le dépôt de propositions dans le cadre des objets portés à l'ordre du jour et des délibérations sans prise de décision (art. 700 al. 4 CO). Un vote par écrit ou une approbation écrite préalable ou ultérieure des décisions ou des élections de l'assemblée générale est sans effet. Les décisions et les élections ne peuvent pas non plus être prises par voie de circulaire ou dans le cadre d'une conférence téléphonique. L'organisation d'une assemblée des délégués ou d'un vote par correspondance n'est pas non plus autorisée.

Droits d'information et de protection des actionnaires

Droit à la communication du rapport annuel

Au plus tard 20 jours avant l'assemblée générale ordinaire, le rapport de gestion et le rapport de révision doivent être mis à la disposition des actionnaires au siège de la société. Chaque actionnaire peut exiger qu'un exemplaire de ces documents lui soit remis sans délai (art. 696 al. 1 CO). Les actionnaires nominatifs doivent en être informés par une communication écrite, les actionnaires au porteur par une publication dans la Feuille officielle suisse du commerce et dans la forme prescrite par les statuts (art. 696 al. 2 CO). Tout actionnaire peut, pendant l'année qui suit l'assemblée générale, demander à la société le rapport de gestion dans la forme approuvée par l'assemblée générale ainsi que le rapport de révision (art. 696 al. 3 CO).

Si la communication du rapport porte atteinte au secret des affaires ou à d'autres intérêts dignes de protection de la société, ce dernier ne doit pas être présenté aux requérants (art. 697e al. 2 CO). Il donne à la société et aux requérants la possibilité de prendre position sur le rapport épuré et de poser des questions complémentaires (art. 697e al. 3 CO). Le conseil d'administration soumet le rapport et les prises de position à l’assemblée générale suivante (art. 697f al. 1 CO). Tout actionnaire peut, pendant une année après l'assemblée générale, demander à la société un exemplaire du rapport et des prises de position (art. 697f al. 2 CO). Si le juge accède à la demande d'institution d'un contrôleur spécial, il met l'avance et les frais à la charge de la société. Si des circonstances particulières le justifient, il peut mettre tout ou partie des frais à la charge des requérants (art. 697g al. 1 CO). Si l'assemblée générale a approuvé le contrôle spécial, la société en supporte les frais (art. 697g al. 2 CO).

Remarque

La disposition relative à la publication des comptes annuels et consolidés a été abrogée dans le cadre de la nouvelle réglementation du droit comptable au 1er janvier 2013.

Newsletter S'abonner à W+