Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK

Parcours professionnel: La réussite, c’est facile – l’échec aussi

Vous l’avez sans doute déjà entendu: «Tu peux tout faire si seulement tu le veux». Mais cela ne constitue qu’une demi-vérité, car vouloir quelque chose ne signifie pas que vous allez l’obtenir. Il manque encore l’ingrédient le plus important: les «petites étapes» débouchent sur la réussite.

12/04/2019 De: Rolf Rado, Sue Rado
Parcours professionnel

Nombreux sont ceux qui espèrent un saut quantitatif, mais il ne se produira jamais. La réussite est toujours la conséquence d’un travail continuel.

Le problème, c’est que nous lisons régulièrement la présence de sauts quantitatifs dans les medias, d’individus qui deviennent «tout à coup» champions du monde ou vainqueurs olympiques, des chercheurs, qui trouvent quelque chose «de manière inattendue» ou des individus qui deviennent riche «d’un jour à l’autre». Le fait que beaucoup de travail intensif, un engagement sans faille, des échecs, de la douleur, des larmes, etc. soient dissimules derrière, cela, on le lit très rarement.

C’est ce que disait Thomas J. Watson, le fondateur d’IBM: «La formule pour atteindre la réussite est simple: doublez le nombre de vos échecs.»

La réussite n’est pas un évènement qui survient par hasard, ce n’est pas une loterie. C’est la raison pour laquelle les vainqueurs au loto perdent souvent tout ce qu’ils ont gagné et qu’ils deviennent rarement heureux.

Vous pouvez vous souvenir de l’époque om vous appreniez à marcher? A peine. Si vous regardez des enfants, qu’est-ce qui se produit le plus souvent au début – l’échec ou la réussite? L’échec (la chute) est largement plus répandu, dans la phase initiale, que la réussite (la marche). Vous avez déjà vu un enfant qui abandonne? Non! Et vous, vous avez abandonné? Non, sinon, vous seriez toujours en train de marcher à quatre pattes.

Comme on le voit dans l’illustration, la courbe est très plate au début. Nous pouvons prendre comme exemple l’effet des intérêts composes. Au début, les intérêts sont faibles, puis ils progressent au fur et à mesure du temps qui passe.

Prenons un exemple dans le sport: imaginons que vous voulez courir le marathon alors que, à l’heure actuelle, vous ne courez pas. Vous allez commencer demain à courir. Au début, peut-être pendant 10 minutes, c’est tout ce que vous arriverez à faire. Et quel sera le résultat après une semaine? Relativement modeste – la courbe reste encore plate, vous n’identifiez pratiquement pas de progrès. Il est maintenant très facile d’abandonner l’entrainement lors de la première occasion venue (excuse), par exemple s’il pleut. Est-ce que cela joue un rôle pour les progrès à la fin de la semaine? A peine! Comment cela se présente-t-il si cette «excuse» s’immisce pendant un semestre ou pendant le marathon? La réponse, vous pouvez la trouver tout seul.

C’est justement là que se trouve la clef de la réussite. La plupart des gens savent précisément ce qu’il faut faire pour avoir du succès, que ce soit dans leur métier, dans le sport, dans la sante, dans les relations, pratiquement partout. Le savoir-faire existe en essayant constamment d’avancer, en échouant.

La différence entre les 5% qui réussissent et les 95% qui échouent est qu’ils font de petites étapes, toujours et encore – répétition de la répétition de la répétition. Cela a l’air ennuyeux et c’est sans doute vrai au début. Mais, a un moment donne, cela entre dans la chair et dans le sang et nous n’y pensons plus, nous le faisons, tout simplement.

Pour faire partie des 5%, il est nécessaire que notre philosophie corresponde, que notre attitude mentale soit derrière nos actes, la manière dont nous pensons aux petits pas qui sont réalisés continuellement.

Une philosophie positive débouche sur une attitude positive, sur des actes positifs qui se traduisent, à leur tour, par des résultats positifs – et qui donnent ainsi une qualité positive de la vie. Cela débouche sur la réussite.

Le contraire est également vrai, en commençant par une philosophie négative, on termine inévitablement sur un échec. Cela n’a rien à voir avec la motivation, car la motivation découle des émotions – et celles-ci peuvent changer d’un jour à l’autre. Lorsque l’on s’endort, on est motivé à être ou à devenir fit et en bonne santé, motive et à se lever une demi-heure plus tôt pour aller jogger. Si le réveil sonne alors qu’il fait encore nuit et qu’il pleut, la motivation n’est plus la même. Donc, n’essayez pas avec la motivation – cela ne fonctionne pas. Une alternative à ce propos: restons dans l’exemple de quelqu’un qui veut se lever plus tôt le matin.

Le réveil sonne, vous comptez 5 – 4 – 3 – 2 – 1 – action ! – vous vous levez – sans réfléchir! Faites-en une habitude, cela fonctionne.

Application

  • Commencez par un plan. Ce plan ne doit pas être parfait, il doit simplement vous faire sortir de la Start box
  • Obligez-vous à respecter le plan
  • Définissez une stratégie sur la manière de réagir lorsque vous serez confronté à des échecs et a de la démotivation
  • Construisez-vous des moments de joie dans votre vie
  • Adaptez le plan en cas de besoin des que les petites étapes seront devenues une habitude

Constamment de petits pas + des habitudes de bonheur = réussite

Habitudes de bonheur

  • Notez chaque jour 3 points pour lesquels vous êtes reconnaissant (toujours de nouveaux/autres)
  • Gérez chaque jour un journal sur les événements positifs
  • Faites du sport (au moins 15 minutes) et méditez (au moins 10 min.) ou le contraire
  • Faites chaque jour quelque chose de «gentil»
  • Lisez chaque jour 10 pages d’un bon livre inspirateur

Obligez-vous

  1. Je fais ce que je dois faire
  2. Je fais CHAQUE JOUR ce qui doit être fait
  3. Je cultive un mode de vision positif – je considère que le verre est à moitié plein
  4. J’aborde mes obligations à long terme – pour devenir champion, il faut compter au moins 10 000 heures!
  5. Je cultive une exigence urgente qui est renforcée par la croyance – ne pas espérer ou souhaiter – vouloir
  6. Je suis prêt à payer le prix (to go the extra mile). Parfois, il faut renoncer à court terme à des loisirs, des vacances, des hobbies, une récompense immédiate pour garantir sa réussite à long terme
  7. J’exerce mon intégrité et je fais les choses que je dois faire spécialement lorsque personne ne me le demande!

Vivre ici et maintenant

Il est important d’avoir des plans, des objectifs et des visions, mais n’oubliez pas de vivre, car c’est seulement maintenant que vous pouvez vivre. Hier est passe, vous ne pouvez plus rien y changer, demain, c’est l’avenir et c’est quelque chose d’incertain. Décidez donc de ne faire de petites étapes qu’aujourd’hui et toujours seulement aujourd’hui! Le reste de votre vie commence seulement maintenant – en ce moment. Appréciez la voie vers la réussite!

Gagner est une habitude – perdre aussi, hélas!

Newsletter S'abonner à W+