Notre site web utilise des cookies et d’autres technologies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de mesurer la performance du site web et de nos mesures publicitaires. Vous trouverez plus d’informations et d’options dans notre déclaration de confidentialité.
OK
Weka Plus

Compétences numériques: Comment les mesurer?

Les employeurs souhaitent de plus en plus vérifier les compétences numériques dans le cadre de la sélection ou du développement ciblé du personnel. Il existe différentes méthodes qui prétendent toutes mesurer la compétence numérique. Nous mettons en lumière les forces et les faiblesses de certaines d’entre elles.

30/11/2021 De: Anne Jansen
Compétences numériques

Lorsque vous envoyez un courriel, recherchez un terme sur Google ou partagez un article sur LinkedIn, vous avez besoin de compétences numériques. Alors que la transformation numérique du monde du travail se poursuit, il n’existe pratiquement plus de domaine ou d’emploi qui se passe des technologies de l’information et où les employés n’ont besoin d’aucune compétence numérique. Selon une enquête de l’Office fédéral de la statistique (OFS, 2019), 87% des salariés en Suisse utilisent un ordinateur ou un autre équipement électronique au travail et 57% travaillent avec des logiciels spécialisés. Un quart des personnes en activité lucrative utilise les médias sociaux pour leur travail. Le cadre de référence européen pour la culture numérique (DigComp) définit la culture numérique sur la base des cinq domaines de compétence suivants: traitement de l’information et des données, communication et collaboration, création de contenus numériques, sécurité et résolution de problèmes (voir Digcom 2.1, 2017) et il définit différentes caractéristiques des compétences individuelles.

Pour être en mesure de maîtriser les activités professionnelles, il faut, selon la fonction et les activités, des compétences de base, avancées ou même très spécifiques. Par exemple, la mesure avec laquelle le traitement des informations et des données est nécessaire diffère selon les emplois. Les managers dont l’équipe travaille principalement sur une base mobile/flexible ont besoin de compétences plus prononcées en matière de communication et de collaboration à l’aide des technologies de l’information, par exemple avec des outils de vidéoconférence, que les managers dont l’équipe est présente quotidiennement sur le lieu de travail.

Les compétences numériques prennent de plus en plus d’importance dans la vie professionnelle. Les processus actuellement utilisés pour mesurer les compétences ont encore un potentiel d’amélioration.

Lors du recrutement, il est donc de plus en plus pertinent d’examiner les compétences numériques en plus des compétences spécifiques au poste. Alors qu’il y a quelques années encore, seuls les logiciels (par ex. Word, Excel) étaient mentionnés dans la rubrique «compétences informatiques» du CV, les experts en RH recommandent désormais aux candidats de subdiviser leur CV en fonction du domaine d’activité (par ex. comptabilité, retouche photo), du niveau de connaissances (par ex. connaissances de base, très bonnes connaissances) et des années d’expérience avec ces applications. À ce jour, cependant, les compétences en informatique n’ont pas été explicitement testées dans les processus d’embauche pour des emplois hors du secteur de l’informatique. Dans le cadre de la transformation numérique, toute une série de questionnaires et de tests plus ou moins scientifiques ont été développés ces dernières années pour rendre mesurable le niveau des compétences numériques.

Compétences numériques au sens strict

Une grille d’auto-évaluation simple dans laquelle les cinq domaines de compétences du cadre européen de référence sont évalués au moyen d’affirmations telles que «Je compare plusieurs sources afin d’évaluer la fiabilité de l’information trouvée» et «Je sais comment crypter des courriels ou des fichiers» selon des principes élémentaires, indépendants ou compétents est disponible gratuitement sur le site Internet des centres nationaux Europass européens. Plusieurs prestataires européens ont développé des questionnaires en ligne basés sur le cadre de référence DigComp, ceux-ci mesurant la culture numérique. La Digital Competence Wheel du Center for Digital Dannelse, par exemple, existe en plusieurs langues et comprend 16 compétences. Ces dernières sont elles-mêmes évaluées sur une échelle à 7 niveaux (de très faible à très élevé). Le résultat est une évaluation globale des compétences individuelles et des recommandations pour trois domaines dans lesquels les compétences numériques peuvent être développées. Le Digital Competence Check (enterra) et le système geva-test® fonctionnent de manière similaire. Le questionnaire en ligne autrichien CHECK Digital Everyday Competence ainsi que le DigCompCheck (gepedu GmbH) complètent les questions d’auto-évaluation par des questions de connaissances.

Compétence numérique au sens large

Si le cadre de référence européen se limite aux compétences en matière de technologies numériques, la compétence numérique est parfois définie de manière plus large comme la capacité à relever de manière constructive les défis posés par la numérisation. Certains parlent de compétences dites du XXIe siècle (voir Laar et al., 2017) et additionnent également des compétences telles que la volonté de changer et la volonté d’apprendre qui sont nécessaires pour faire face à la transformation numérique. Plusieurs sociétés de conseil proposent ainsi des évaluations en ligne qui tentent d’appréhender ces compétences. Le Digital Readiness Assessment (Aon Assessment GmbH), par exemple, mesure non seulement la manière d’aborder les données et la communication virtuelle, mais aussi d’autres compétences telles que le goût de l’apprentissage, l’agilité et l’esprit de Coaching. Ici, les compétences sont mesurées à l’aide d’un questionnaire de personnalité et d’un test d’aptitude cognitive. Le DigiQuotient (Manpower) et le Digital Competence Indicator, quant à eux, peuvent être classés comme des tests de personnalité qui semblent principalement destinés à déterminer le degré d’ouverture d’esprit face aux changements dans le contexte de la numérisation.

Lire la suite avec Weka+

  • Accès illimité à plus de 500 aides de travail
  • Tous les articles payants en accès illimité sur weka.ch
  • Actualisation quotidienne
  • Nouveaux articles et aides de travail hebdomadaires
  • Offres spéciales exclusives
  • Bons séminaires
  • Invitations aux webinaires en direct
A partir de CHF 16.50 par mois S'abonner maintenant Vous avez déjà un abonnement W+ ? S'inscrire ici
Newsletter S'abonner à W+